Prochaine réunion du conseil municipal ce lundi 6 décembre à 20h30

La mairie de Gignac communique :

Ordre du jour de la séance du Conseil municipal du lundi 06 décembre 2021 à 20h30

MM les membres du Conseil municipal sont convoqués à la Mairie dans la salle du Conseil municipal :Le lundi 06 décembre 2021 à 20h30

Gignac, le 01/12/2021

Le Maire, Solange OURCIVAL

ORDRE DU JOUR :

  1. Délibération n°1 : Règlement intérieur du S.M.E.C.M.V.D. (Syndicat des eaux) – Participation des Communes aux travaux sur réseau ;
  2. Délibération n°2 : Demande de subvention au titre de la DETR 2022 (Dotation d’Equipement des Territoires Ruraux) ;
  3. Délibération n°3 : Participation de la Commune d’Estivals relative aux frais de scolarité et aux frais de transport scolaire pour l’année 2020-2021 ;
  4. Délibération n°4 : Prise en charge par la collectivité de la participation au transport scolaire 2021-2022 d’un montant de 195€ par enfant pour les élèves d’Estivals concernés uniquement par le ramassage scolaire effectué par la Commune de Gignac ;
  5. Délibération n°5 : Inscription au Plan Départemental des Itinéraires de Promenade et de Randonnée (PDIPR) de chemins ruraux traversant le territoire de la commune – Actualisation ;
  6. Délibération n°6 : Décision modificative – Vote de crédits supplémentaires au budget principal sur le programme 119 « Gros travaux divers » ;
  7. Divers.
 

Peyrelevade, un village qui tend la main aux migrants

Cet article vous donne un complément d’informations sur Peyrelevade qui fait l’objet du prochain ciné-débat à Meymac (voir notre article précédent)

À Peyrelevade, petit village de Corrèze, les demandeurs d’asile sont les bienvenus grâce à une tradition bien ancrée de solidarité et d’entraide.

« À Peyrelevade, je n’ai jamais entendu d’insultes ou ressenti de rejet de la part des habitants », assure Babiker, un Soudanais de 27 ans. Originaire du Darfour, région limitrophe du Tchad où une guerre civile sévit depuis 2003 provoquant l’exode d’au moins un million de personnes, il a demandé en France le statut de réfugié. En attendant, il vit à Peyrelevade, petit village situé sur le plateau de Millevaches, en Corrèze, où il se sent enfin en sécurité.

Du côté des quelque 800 habitants de la bourgade, même sérénité. Ils semblent avoir accueilli sans hostilité l’ouverture du Centre d’accueil pour demandeurs d’asile (CADA) en avril 2015 et de ses 70 habitants. « Cela se passe plutôt bien, explique Philippe Coutaud, le maire (divers gauches) du village. Tout le monde se dit bonjour et dans l’ensemble les demandeurs d’asile sont plutôt bien acceptés par la population. »

Les commerces ont trouvé de nouveaux clients, et les écoles, de nouveaux élèves. D’ailleurs, souligne le maire, « leur arrivée au village a permis de sauver une classe ». Sur les 55 enfants (maternelle et primaire) que compte l’établissement scolaire, une dizaine d’entre eux vivent au CADA. « Les enfants s’adaptent vite et sont demandeurs. Ils sont vraiment heureux d’aller en classe », poursuit l’élu.

La suite de l’article est à lire ICI.

Et dans le Nord-Lot, on en pense quoi de ce type d’initiatives ?

 

Déchets domestiques et agricoles: une nouvelle vie à quel prix ?

Entre les campagnes de sensibilisation au recyclage, les promesses des industriels et des pouvoirs publics de donner une nouvelle vie à nos déchets, tout laisse à penser que cette filière est vertueuse. L’équipe du magazine de France 2 « Cash Investigation » a entrepris une enquête de longue haleine sur le terrain. Elle nous restitue sans complaisance un parcours semé d’embûches sous la forme d’un documentaire percutant: « Déchets : la grande illusion « 

En jetant tous nos déchets plastiques dans la poubelle jaune, nous escomptions bien qu’ils soient massivement recyclés. Or, nous apprenons que sur les 8 milliards et demi de pots de yaourt que nous consommons chaque année, une infime partie est recyclée. Cette investigation nous révèle aussi la face cachée d’une industrie qui a su tirer parti des problèmes environnementaux pour faire fortune de façon tout à fait opaque. Et pourtant, la capacité des usines françaises est bien insuffisante. Succédant à la Chine, c’est la Turquie aujourd’hui qui transforme une partie importante de nos déchets.

Une usine de recyclage turque

La deuxième partie de ce documentaire est consacrée à l’essor de la méthanisation. Elle passe au crible cette technologie pas si écolo qu’elle en à l’air avec ses risques et ses nuisances.

Mais les journalistes de cette enquête ne nous déresponsabilisent pas pour autant. L’émission se ponctue par des conseils pertinents au sujet de ce que nous pouvons faire à titre individuel pour réduire nos déchets car la meilleure façon de désengorger notre planète de ses déchets c’est avant tout d’en produire le moins possible.

A voir sans attendre en replay sur France.tv en cliquant ici

 

Ce documentaire fait largement écho aux recherches du Collectif National Vigilance Méthanisation (CNVMch) et de son groupe de scientifiques indépendants – le Collectif Scientifique National Méthanisation (CSNM) – sans conflit d’intérêt.  Nous profitons donc de ce papier pour vous relayer comme chaque mois la lettre mensuelle du Collectif Citoyen Lotois, membre du CNVMch.

Ce mois-ci, il y est question entre autres de la pollution de l’Ouysse, affluent de la Dordogne, de la grosse production de maïs qui alimente le méthaniseur de Labathude dans le Ségala.

Accédez à ce bulletin et à ses pièces jointes en cliquant sur les liens ci-dessous:

Lettre CNVMch novembre 21

Schéma de la pollution de l’Ouysse

ARRETE PREFECTORAL DU 07.04.21 DEROGATION LIMITE DE QUALITE(2)

Une réunion publique à Gignac !

Ce samedi 16 octobre, l’équipe municipale s’est pliée à l’exercice – certes pas toujours facile – de la réunion publique et de la rencontre avec les gignacois. C’était la première fois depuis les élections de mars 2020.

Nous vous donnons ci-dessous nos sentiments et une première analyse de cette réunion et des réactions du public.

Un copier / coller de la réunion publique de la campagne électorale

C’est le sentiment général qui domine après cette réunion qui, jusqu’aux questions ouvertes, ressemblait par trop à celle organisée par ceux qui allaient devenir notre équipe municipale :
– Une introduction très succincte de Madame la Maire qui donnait le ton de ce qui allait suivre, c’est-à-dire une partition millimétrée où chaque conseiller avait son mot à dire ou plutôt à lire.
– Nous avons assisté pendant une heure à une sorte de pièce de théâtre avec des acteurs à notre avis empêtrés dans un texte qui ne leur permettait aucun dérapage, aucune spontanéité, aucun sentiment sur ce qu’a été leur travail pendant un an et demi.

Et que dire de la mise en scène où les acteurs prenaient la parole à tour de rôle pour bien nous montrer qu’il s’agissait d’un travail d’équipe ! À force de tout vouloir orchestrer et empêcher les réactions personnelles on en a perdu ce qui fait l’essence même de ce type d’exercice, c’est à dire l’humain.

Le silence de la salle et la mine attristée des spectateurs autour de nous n’a fait que nous conforter dans cette analyse.

Un contrôle des modalités d’expression du public

Ces derniers mois nous avons assisté à de nombreuses réunions publiques dans les communes de notre territoire ainsi qu’à plusieurs conseils communautaires. Forts de ces diverses expériences, nous pensions que le public aurait plus de place pour s’exprimer.  Que nenni, notre équipe municipale avait fait le choix de repousser toute réaction du public après la présentation de son bilan et de ses projets.

C’était peut-être pour ne pas se laisser déstabiliser et risquer de sortir de la mise en scène prévue, mais cela a empêché des discussions de fond, tant sur le bilan que sur les projets.

Quels projets à venir ?

Plutôt que le bilan, nous étions surtout venus – comme bon nombre de gignacois – pour savoir enfin quels étaient les projets et si les gignacois allaient pouvoir interagir et être force de propositions. D’autant que, comme nous l’avons souligné à la fin de cette réunion, tout avait déjà été dit en matière de bilan lors des conseils municipaux et aussi dans le bulletin municipal dernier et sans doute celui à venir.

Un nouveau commerce pour prendre la suite du multiple rural : nous le savions déjà depuis le rachat de ce local en début d’année, mais pour y faire quoi ? Un questionnaire a été distribué à la fin de la réunion, nous y reviendrons . Et la formation ADEFPAT pour l’émergence de ce projet : nous avons été surpris d’apprendre qu’en plus des 6 membres du conseil, 5 gignacois y avaient été conviés, mais qui, et sur quels critères, ça nous ne le saurons pas ! En tout cas, la candidature de notre président a bel et bien été refusée par Mme la Maire, et c’est étrange puisque qu’il restait justement une place.

L’adressage

Cela reste peu clair car dans le PV du conseil municipal du 27 mai 2021 nous apprenions que cette opération devait se faire en plusieurs parties :
La première étape consiste au recensement de toutes les voies par les élus.
La deuxième étape consiste à la dénomination des voies. Ce travail sera réalisé par un groupe de deux ou trois élus par secteur.
Le résultat de ces étapes est à transmettre au SDAIL idéalement pour l’automne.

Or pendant la réunion nous apprenons que la 1ère étape se fera par le SDAIL et qu’elle est en cours.

Par contre, en réponse à une de nos questions, il semblerait que la mise en place sur le terrain de petits groupes de travail pour le choix de la dénomination des voies, soit toujours d’actualité…

L’opération « cœur de village »

Un terrain a bien été acheté 23 000 € pour échange avec celui sous les locaux d’Ecaussystème pour en faire un parking. Pour le reste nous devrions être concertés sur les grandes lignes du projet, mais comment, nous ne le saurons que plus tard.

Pourtant lors du conseil municipal du 27 mai 2021 voici ce qui était dit en substance : 4.3- Compte-rendu de la réunion « Cœur de Village » : L’étude est prévue pour fin 2021 et les travaux devraient être réalisés par tranche.

Il semblerait donc que le calendrier ait été revu, peut-être pour une participation des habitants ?

Les questions et les réactions du public

Loin de nous l’idée de vouloir jouer les hameaux contre le bourg, mais le constat est révélateur : toutes les questions ou réactions ont concerné les hameaux avec, parfois même de l’avis de ceux qui prenaient la parole, le sentiment d’être les oubliés de la commune.

Ce sentiment peut se comprendre à la relecture de ce qui nous a été présenté comme bilan et perspectives d’actions : très peu de choses pour les hameaux à part l’entretien de certaines voies et chemins, nous disons certaines car il semblerait que certains lieux dits soient oubliés aux dires des intervenants.

Et la réponse la plus utilisée pour répondre à ces questions fut : « vous n’avez qu’à passer en mairie pour nous dire ce qui ne va pas » !

Certes, mais pour aller dans le sens des réactions du public nous ne citerons qu’une question et sa réponse : un nouveau tracteur a été acheté avec un broyeur d’accotement à la place d’une épareuse. Ce matériel ne permet pas un entretien convenable des haies car il ne fait que le bas de celles-ci. Nous avons demandé pourquoi ce choix et le conseiller municipal en charge du dossier nous a répondu qu’il s’agissait d’un choix financier et que l’achat d’une épareuse n’a pas pu se faire dans l’enveloppe destinée à ce projet. Pourtant, de l’argent, il semble qu’il y en ait puisque plusieurs achats importants ont été faits sans avoir été prévus dans le budget initial : la maison Bastit, le terrain sous la place…

Au final, le constat est simple : nous n’avons quasiment rien appris.

Prochaine réunion du conseil municipal lundi 8 novembre à 20h30

La mairie communique :

Ordre du jour de la séance du Conseil municipal du lundi 08 novembre 2021 à 20h30

REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL

MM les membres du Conseil municipal sont convoqués à la Mairie dans la salle du Conseil municipal :

Le lundi 08 novembre 2021 à 20h30

Gignac, le 03/11/2021

Le Maire, Solange OURCIVAL

Ordre du jour :

1-Lotissement Clou del Pech :

Délibération n°1 : Validation du choix de l’entreprise pour les travaux d’aménagement ;

Délibération n°2 : Alimentation électrique – opération 39927ER ;

Délibération n°3 : Raccordement au réseau d’eau ;

Délibération n°4 : Raccordement au réseau téléphonique ;

2-Divers.

 

L’ouverture de la ligne Bordeaux-Lyon de Railcoop différée

Un article du journal « La Montagne » nous apprend que l’ouverture de cette première ligne passagers est décalée de 6 mois et donc reportée à fin 2022.

Railcoop indique ne pas avoir obtenu l’intégralité des sillons (créneaux horaires attribués à chaque train pour circuler) de la part de SCNF Réseau et menace de saisir l’Autorité de Régulation des Transports.

SCNF Réseau de son côté rejette toute mauvaise volonté de sa part et précise qu’il faudrait élargir les ouvertures de certaines gares à des horaires où elles sont actuellement fermées.

Pour l’article en intégralité, c’est ici.

Un documentaire sur les observatoires astronomiques

Suite à notre soirée « Nuit Etoilée » du 14 août dernier, nous avons reçu une invitation de Mathieu Rouault, journaliste scientifique à « Grand Labo », pour visionner un documentaire – de 14 minutes – consacré aux observatoires astronomiques.

Le lien est ici : https://www.youtube.com/watch?v=A3vPs6k309o

Si ce petit film vous a plu, vous pourrez accéder gratuitement à toutes les autres vidéos de « Grand Labo » en cliquant simplement sur le bouton « S’abonner » (compte Google requis) !