Méthanisation: Réunion-débat à Gramat vendredi 13 mai

L’installation à Gramat du méthaniseur BioQuercy avait suscité en 2018 la tenue de deux conférences, l’une à Gramat, l’autre le 11 mai 2018 au Cantou de Floirac intitulée: « La méthanisation, le pour et le contre » avec la participation de Michel Lorblanchet, préhistorien et Jean-Louis Thocaven, spéléologue.

Cinq ans après, le 13 mai 2022, ce sont cinq organisations lotoises qui organisent dans la salle de l’Horloge de Gramat une réunion-débat sur l’état des lieux aujourd’hui.

Cette année, ce sont des représentants des cinq associations qui feront des interventions de 10 à 15 minutes autour des différents thèmes qui les préoccupent :

  • la Confédération Paysanne du Lot autour de l’utilité du digestat comme fertilisant
  • l’AmiE (Alerte Méthanisation Industrielle et Environnement, des alentours de Martel) sur méthanisation et chaos climatique
  • le Collectif des riverains du méthaniseur de Gramat sur les nuisances olfactives créées par l’usine et les épandages
  • le collectif Espeyroux Environnement sur l’établissement des 4 nouveaux méthaniseurs des Limargue et Ségala

Le Collectif Citoyen Lotois complétera les informations déjà apportées à l’occasion des questions posées par le public.

Retour sur les origines de la crise en Ukraine

Alors que le numéro de mars du mensuel, le Monde diplomatique, partait pour l’impression, l’armée russe n’avait pas encore attaquée l’Ukraine. Cependant, dans le numéro de février, alors que les menaces d’une intervention militaire russe étaient réelles, le chercheur David Teurtrie dans un article  » Ukraine, pourquoi la crise », faisait une analyse pertinente de la genèse de ce conflit et de ses enjeux géopolitiques. À la demande d’un grand nombre de ses lecteurs, le journal a mis cet article en accès libre. Alors que l’émotion et l’indignation sont à leur comble et à juste titre, il semble nécessaire de prendre un peu de recul pour contextualiser cette situation tragique et appréhender dans leur complexité les relations internationales qui ont fait le terreau dans lequel s’enracine ce conflit.

La crise en Ukraine au moment des accord de Minsk en 2015

Selon l’auteur, « le malentendu remonte à l’effondrement du bloc communiste en 1991 ». Alors que l’OTAN n’avait plus lieu d’être puisqu’elle avait été créée pour faire face à la menace soviétique, aucun schéma d’intégration de cette autre Europe n’a été proposé. Pourtant les élites russes n’ont jamais été aussi pro-occidentales qu’à cette période. Six ans plus tard, contrairement à ce qu’avaient promis les dirigeants occidentaux à M. Mikhaïl Gorbatchev, l’OTAN s’élargit à tous les pays d’Europe de l’Est. En 1999, Boris Eltsine, qui avait œuvré à l’implosion de l’URSS, ne voit pas sa contribution récompensée mais sort au contraire comme le grand perdant sur le plan géopolitique de la guerre froide et les élites russes se sentent trahies.

Lorsque l’Alliance Atlantique entre simultanément en guerre contre la Yougoslavie, l’OTAN, bloc défensif, se transforme en alliance offensive et viole le droit international, viol réitéré par les États-Unis lorsqu’ils poussent à la reconnaissance de l’indépendance du Kosovo, juridiquement  province serbe et quand ils envahissent l’Irak sans aval de l’ONU. Selon, David Teurtrie « les Occidentaux ayant ouvert la boîte de Pandore de l’interventionnisme et de la remise en cause de l’intangibilité des frontières sur le continent européen, la Russie leur répond en intervenant militairement en Géorgie en 2008 […] Mais, en remettant en cause l’intégrité territoriale de la Géorgie, la Russie viole à son tour le droit international. »

Retrouver l’intégralité de l’article « Ukraine, pourquoi la crise » en accès libre ICI

Une bonne année tous ensemble

En espérant que ce sera pour très bientôt !

Chers gignacoises et gignacois,

Au nom de tous les membres de l’association « Gignac Ensemble », je vous souhaite une excellente année 2022 !

Une année pleine de santé bien sûr, en ces temps de pandémie et aussi sans tension, sans affrontement car nous avons besoin en ces moments troublés de sérénité et de tranquillité.

Une année débordante de complicité et de fraternité avec l’envie jamais rassasiée de faire des choses ensemble.

Une année ouverte sur des projets structurants pour le futur de notre commune et au plus près de la volonté et des choix portés par tous ses habitants…

Je saisis également l’occasion de ces vœux pour fêter avec vous le premier anniversaire de notre association qui, née de la volonté de quelques uns, voit son nombre de membres et de bénévoles grandir au fil des mois et des actions réalisées malgré le contexte difficile ! Merci encore à toutes celles et ceux qui nous ont soutenus !

Toujours plus enthousiaste et déterminée, l’équipe de Gignac Ensemble poursuivra les missions qu’elle s’est donnée : informer, réunir, participer à la vie démocratique de notre village, mettre en œuvre des projets utiles aux habitants de Gignac et respectueux de notre planète…

Encore bonne année à vous tous !

Dominique Bailly.

Un pique-nique citoyen ce 14 juillet à midi au bord du Lac de Tolerme

Pour faire suite à notre précédent article, nous relayons ci-dessous l’invitation faite par le collectif « Tolerme Nature » pour ce 14 juillet car le collectif est toujours en attente d’une date de réunion concernant l’avancement du projet :

Réservez votre 14 juillet au Lac du Tolerme pour un grand Pique-nique citoyen tiré du panier à midi côté Plage (*)
Ce sera l’occasion de faire plus ample connaissance, d’échanger, de débattre, de questionner, de recueillir idées/remarques/suggestions pour la suite… en attendant qu’une date de Réunion Publique et d’Information sur le Projet Sandaya soit fixée.

(*) Solution de repli en cas de pluie : Arche de la Presqu’île (si elle est toujours libre… à suivre)

Pour aller plus loin, voici quelques informations complémentaires relatives à l’environnement du lac et aux porteurs de ce projet :

Le lac du Tolerme est le plus grand plan d’eau artificiel du département du Lot.

Situé à 530 m d’altitude et d’une superficie de 38 ha, le lac du Tolerme permet de pratiquer la voile, l’aviron-découverte, le canoë et le pédalo.

La baignade est surveillée pendant l’été. Une plage de sable fin est aménagée côté Sénaillac-Latronquière, vous y trouverez aussi divers jeux de plage, ainsi qu’un toboggan aquatique.

Classé en 2e catégorie, le lac du Tolerme est le paradis des pêcheurs (la pêche est également possible dans les cours d’eau environnants).

Le cadre du lac du Tolerme est le lieu idéal pour profiter de la richesse de la nature environnante. Des chemins de randonnées sont balisés à l’intention des plus hardis. Un parcours sportif fait le tour du lac.

La société Sandaya est venue présenter son projet de parc aquatique au lac du Tolerme le 6 mai 2019 à la mairie de Sénaillac-Latronquière.

Initié par Cauvaldor dont dépend Sousceyrac-en-Quercy, partenaire historique du Syndicat du Lac du Tolerme, cette réunion avait pour thème principal l’évocation de ce projet décliné dans le tract distribué par Tolerme Nature.

Créé en 2010 par François GEORGES et Xavier GUILBERT, deux dirigeants ayant fait leurs preuves dans le secteur touristique, Sandaya est aujourd’hui un groupe de campings 4 et 5 étoiles répartis en Europe.

La logique voudrait que ce projet soutenu par l’ancien président de Cauvaldor, Gilles Liébus soit abandonné par Raphaël Daubet comme vient de l’être le projet de la cité de la mode. En attendant, nous comprenons la mobilisation des opposants à ce projet qui n’ont à ce jour ni réponse ni nouvelle de l’avancement ou de l’arrêt de ce projet de parc aquatique !

Annulation de notre soirée « Fête de la Musique » prévue pour le samedi 19 juin, ou l’édito d’un gignacois désabusé !

Vous avez pu constater que les dates de publication de notre newsletter ont été un peu contrariées ces dernières semaines du fait même de la vie de notre association et des différents événements que nous avions à gérer et à organiser :

Un premier rendez-vous dans votre courrier !

Dans un premier temps, nous avons travaillé sur le feuillet A4 recto/verso que nous avons ensuite distribué dans les boîtes aux lettres de Gignac ; vous en trouverez un exemplaire numérique ici même.

Pourquoi ce courrier adressé à tous les gignacois ?

Nous ne reviendrons pas sur la polémique qui a suivi la publication du dernier Gignac Infos dans lequel la municipalité n’a pas voulu publier notre article. Mais ce refus, au-delà de son étrangeté, nous a privé d’une source d’informations en votre direction, vous les gignacois.

Ainsi, pour vous expliquer notre démarche, notre projet et les actions que nous essayons de mettre en œuvre, il nous a fallu travailler sur ce feuillet avec le souci de porter à votre connaissance notre première action importante : faire la fête de la musique ensemble !

C’était avant tout pouvoir passer un moment festif ensemble dans le cadre de notre sortie progressive du confinement et profiter de ce moment important dans nos vies depuis 1981.

Tout était prêt, la communication, le protocole sanitaire, l’organisation avec notre partenaire Ciné-Lot et l’aspect institutionnel avec la mairie.

Trois fois hélas, les « événements» ont joué contre nous !

— D’abord le protocole fixé par le gouvernement pour cette fête de la musique qui interdit l’installation de scènes éphémères donc exit notre idée d’une scène ouverte.

— Ensuite le maintien du couvre feu à 23 heures qui nous obligeait à exclure une projection en plein air, car le 19 juin celle-ci n’aurait pu commencer qu’après 22 heures pour se finir largement au-delà du début du couvre-feu. D’où la nécessité de nous replier dans la salle des fêtes que nous avions également réservée à cet effet depuis longtemps.

— La publication par la mairie, le 2 juin, de l’installation des bureaux de vote dans la salle des fêtes nous a immédiatement fait réagir et nous tourner vers la municipalité pour savoir s’il était possible néanmoins de maintenir la projection. La réponse fut formelle : c’était inenvisageable, les bureaux de vote devant être installés la veille de l’élection.

Comment avons-nous réagi à cette accumulation de déboires ?

En essayant d’aller de l’avant, et suite à une prise de contact avec Ciné-Lot, une projection était possible pour le vendredi 18 avec le même protocole. Nous avons donc fait une nouvelle demande de la salle à la mairie.

Mais quelle ne fut pas notre surprise lorsque Madame la Maire nous déclarait de nouveau l’impossibilité de cette projection car les bureaux de vote devaient cette fois être installés le vendredi !

Et pour boire le calice jusqu’à la lie, le décalage d’une semaine au 25 ou au 26 est impossible pour cause de second tour probable.

Nous nous voyons donc contraints et forcés d’annuler cette soirée qui semblait déjà faire envie à de nombreuses personnes, gignacoises ou pas.

 

Mais sachez que ce n’est que partie remise et que nous essayerons de nous retrouver au mois d’août (probablement le 14) pour une soirée étoilée !

TOUTE L’EQUIPE DE « GIGNAC ENSEMBLE » VOUS PRESENTE SES MEILLEURS VŒUX POUR L’ANNEE 2021 !

Un petit bilan de l’année qui se termine s’impose pour mieux se projeter dans l’année qui arrive.

Les mots ne manquent pas pour qualifier cette année 2020. Souvent négatifs voire assez imagés, ils expriment bien cependant le malaise que chacun a pu vivre en ces temps de pandémie. Confinement, déconfinement, reconfinement et toujours le compteur des hospitalisés et des disparus qui s’affole !

Pourtant 2020 avait bien commencé, la COVID était loin de nous et c’était le temps d’une campagne électorale inédite sur Gignac, l’arrivée d’un renouveau démocratique porté par deux listes entières de candidats qui ont mené dignement campagne. Nous avions fait le pari de la démocratie participative et nous pouvons d’ores et déjà prévoir que les graines que nous avons semées lors de nos rencontres avec les gignacois et pendant nos réunions publiques porteront leurs fruits. Nous avons montré à tous qu’il était possible de faire vivre un projet commun basé sur l’intelligence collective et nous tenons encore une fois à remercier les très nombreux gignacois qui nous ont fait confiance. Cette expérience nous a déterminés à créer une association et à rouvrir notre site ; ce sont deux outils démocratiques de transparence au service de la vie citoyenne de notre commune.

Et maintenant 2021 est là !

Nous vous souhaitons une BONNE ANNEE en espérant que l’horizon sanitaire s’éclaircisse !

De notre côté nous continuerons à porter les valeurs qui nous ont rassemblés et nous devrions bientôt vous présenter des projets novateurs et rassembleurs pour le bien vivre de tous les gignacois.

EDITORIAL

Chères gignacoises et chers gignacois,

Nous voici de retour !

Vous pouvez  nous lire de nouveau à défaut de pouvoir nous rencontrer. Le premier confinement  puis ce deuxième ont entraîné un recul de la vie publique et associative dans nos communes et dans nos vies, car comment échanger, faire vivre des moments d’intelligence collective sans pouvoir se réunir ? Il ne s’agit pas de revenir sur la nécessité des différents protocoles mis en place pendant cette épidémie qui a touché notre village comme la France entière, il faut bien sûr se protéger, mais il faut aussi pouvoir continuer à faire vivre ce souffle démocratique qui a émergé lors des élections municipales.

Comment faire ?

C’est pourquoi nous avons décidé de relancer notre site qui ne sera plus un site de campagne électorale mais un outil d’information et de transparence de la vie citoyenne dans notre village et au-delà.

Les élections municipales sont déjà loin et plusieurs d’entre vous nous ont interpellés en nous demandant : « Et alors ? Que faites-vous ? Gignac Ensemble n’aurait été qu’un feu de paille porté par des volontés de pouvoir de quelques-uns ?

Nous avons continué à travailler.

Pendant le premier confinement nous nous sommes régulièrement réunis par visioconférence (et chacun sait que ce n’est pas facile avec la mauvaise qualité des connexions Internet dans nos hameaux) pour redéfinir et faire avancer notre projet. En effet, à quoi servirait notre action si elle ne devait être que réactionnelle et non porteuse d’une vision projective pour notre commune ? Loin de nous l’idée de mettre en place « un cabinet noir », c’est pourquoi nous avons décidé  de nous donner du temps  afin de voir quelles seraient les premières actions mises en place par la nouvelle équipe municipale, et en leur proposant notre participation active à la vie des commissions municipales. Vous trouverez dans un prochain article nos actions à ce sujet et un éclaircissement à propos de la démission de Jean-Marc Faurel.

Et maintenant un projet associatif.

Notre avons été présents lors de tous les conseils municipaux publics depuis le mois de juin comme nous en avions décidé et nous avons affiné notre projet associatif avec une partie de la liste Gignac Ensemble, étant entendu que ce n’est pas chose facile de porter une autre voix et un autre choix démocratique dans un petit village comme le nôtre où tout le monde se connaît. Mais c’est aussi apprendre à vivre en respectant la liberté d’expression de chacun sans pour autant remettre en cause la vie sociale nécessaire au vivre ensemble.

Nous avions mis en place un agenda, mais le deuxième confinement est passé par là : nous voulions tenir une réunion publique fin novembre pour vous présenter notre projet associatif « Gignac Ensemble » afin de le co-construire avec vous et relancer notre  site Internet comme outil d’accompagnement. Mais les choses ont changé, comme notre vie pendant ces dernières semaines. C’est pourquoi nous redonnons vie à  notre site afin de vous informer de façon impartiale et de vous présenter notre projet associatif.

Merci de votre lecture et en espérant pouvoir vous rencontrer bientôt.

Dominique Bailly, président de l’Association Gignac ensemble