Témoignage : une jeune gignacoise engagée auprès des exilés

Une centaine de tentes dans un tunnel sous le périphérique parisien

Une interview réalisée par Gignac Ensemble

Qu’est-ce qui t’a amené à travailler aujourd’hui dans le domaine des droits humains ?

J’ai toujours été ouverte aux autres et curieuse de leur singularité que ce soit à travers mes pratiques artistiques ou mon engagement associatif. L’entraide, la solidarité sont naturelles pour moi, et avec l’âge et la maturité aider les autres est rapidement devenu un enjeu politique et un combat militant. En parallèle, mon parcours universitaire s’est orienté vers les sciences sociales, les sciences politiques puis vers le droit international et plus spécifiquement la question des droits humains. Ce qui fait que professionnellement je me dirige vers le domaine humanitaire. Mon engagement en tant que volontaire dans une ONG en Afrique du Sud a également été décisif.

Est-ce que tu peux nous en dire un peu plus sur cette expérience ?

J’ai vécu un mois dans un petit village sur la côte est sud-africaine au sein d’une communauté zoulou pour apporter mon aide à une petite ONG locale. Le but de celle-ci est de fournir des ressources indispensables à l’émancipation des jeunes de cette communauté vivant sous le seuil international de pauvreté, dans un pays où les inégalités sont criantes et les conflits interraciaux encore très présents. Cette aide sur le plan sanitaire et éducatif permet à ces jeunes d’entrevoir de meilleures perspectives d’avenir. Travailler là-bas nécessite bien sûr de se défaire de sa vision européanocentrée et d’agir dans le non-jugement. J’ai été obligée de m’adapter rapidement pour m’approprier un mode de vie et de pensée complètement nouveau pour moi. De ce point de vue, cette expérience a été très formatrice et j’ai tissé des liens forts avec les membres de la communauté.

As-tu retrouvé des points communs entre cette expérience et ce que tu fais actuellement ?

Absolument. Actuellement, je suis coresponsable du pôle « Hébergement solidaire » de l’association Utopia 56 à l’antenne de Paris. Celle-ci a pour but d’apporter une aide aux personnes exilées que ce soit sous forme de maraudes d’informations et de distributions pour les hommes seuls, ou sous forme de suivi et d’orientation vers d’autres associations et de solutions d’hébergement d’urgence pour les familles et les mineur.e.s. C’est une association qui prend en charge les personnes exilées de manière inconditionnelle c’est-à-dire quelque soit leur pays d’origine, leur parcours ou encore leur statut administratif. En cela, elle prône le respect de la dignité humaine, ce qui rejoint totalement les valeurs de l’ONG sud-africaine.

Peux-tu nous décrire ton travail au sein de cette association ?

La spécificité d’Utopia 56 dans le paysage associatif est de faire de l’intervention d’urgence en matière d’hébergement. En tant que chargée du pôle « Hébergement solidaire » ma mission principale est de gérer le réseau d’hébergeurs de l’association composé principalement de particuliers résidant à Paris et en Ile-de-France et de partenariats type paroisse. Effectivement, l’association organise des missions de mises à l’abri quotidiennes : chaque soir, des bénévoles sont sur le terrain pour recenser les familles s’enregistrant auprès de l’association et dans le même temps une personne dite d’astreinte tente de trouver des solutions d’hébergement d’urgence pour ces familles, le temps d’une nuit ou deux.

Qu’est-ce qui le plus difficile pour toi dans cette mission ?

Ces missions de mise à l’abri ne sont jamais simples. Il peut arriver que la personne d’astreinte trouve des solutions d’hébergement pour l’intégralité des familles présentes le soir même mais c’est rare. Alors, il faut accompagner les personnes pour qui nous n’avons pas trouvé d’hébergement dans un endroit choisi où nous montons un campement pour la nuit. Ce n’est pas évident de se contenter de donner des tentes et des couvertures à ces familles, parfois composées d’enfants, de bébés, surtout à cette saison. Les conditions hivernales accentuent encore leur situation de survie. Face à l’inaction de l’Etat qui ne bouge pas d’un pouce pour loger ces personnes, ne serait-ce qu’en mettant à leur disposition un gymnase par exemple, on éprouve un sentiment de révolte.

Est-ce que mettre l’Etat en face de ses responsabilités fait aussi partie de vos missions ?

Bien sûr. L’association n’a absolument pas pour but de se substituer à l’Etat, de jouer son rôle même si elle pallie son inaction. Elle veut aussi l’obliger à respecter ses engagements pris lorsque la France a par exemple ratifié en 1980 le Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels (le PIDESC) l’impliquant à mettre en place des mesures pour faire respecter nos droits fondamentaux tels que le droit à un logement adéquat. D’ailleurs, lorsque trop de familles se présentent à nous et que nous n’avons plus les moyens de les loger, nous déclenchons une action afin de pousser les pouvoirs publics à les prendre en charge. Depuis l’occupation de la Place de la République à Paris le 23 novembre 2020, l’association a été contrainte d’organiser 11 actions (soutenues par le Collectif Réquisitions) afin de restituer à ces personnes la dignité qui est la leur, ce qui représente 14 manifestations au total depuis l’existence de l’association.

Quels sont les moyens dont dispose l’association ?

Sachant qu’Utopia 56 dénonce l’inaction de l’Etat et sa violation des droits fondamentaux des exilés, elle tient à garder sa liberté de parole et d’action. Elle refuse donc toute subvention venant de lui. L’association est financée uniquement par des dons de particuliers et d’entreprises. Elle est composée de moins de 5 salariés à l’échelle nationale et sans ses nombreux bénévoles cette belle initiative ne pourrait pas fonctionner.

Comment peut-on faire pour aider cette association ?

Pour les personnes qui résident près des différentes antennes (Paris, Calais, Grande-Synthe, Lille, Rennes, Tours, Toulouse), l’association est très preneuse de divers dons matériels comme des vêtements, sacs, chaussures, couvertures et linge de maison, matériel scolaire, vélos, tentes, etc. Mais tout don d’argent nous est aussi précieux et une collecte de dons de fin d’année « Une tente pour toit » est en cours. Elle permet d’améliorer les conditions de survie des exilés forcés à dormir dans la rue.

Pour en savoir plus sur UTOPIA 56 cliquez ICI

Pour soutenir UTOPIA 56 cliquez ICI

Un campement à Grande-Synthe

Laisser un commentaire