Compte-rendu de la fête du court métrage

Pour notre 2ème fête du court-métrage, tout s’est passé au mieux : la salle polyvalente de Gignac était opérationnelle, les bénévoles et le matériel prêts et les écoles de nouveau partie prenante.

Selon le même mode que l’an passé nous avons accueilli à 10 heures les plus petits pour le programme « Faire équipe » avec 5 petits films d’une durée totale de 30 minutes. Tous ont été attentifs et très sages.

Puis à 11h, nous avions les plus grands pour le programme « Un problème, une solution », encore 5 films, mais cette fois-ci sur une durée un peu plus longue de 40 minutes. Lorsque nous avons annoncé qu’un des films serait en noir et blanc (« L’école des facteurs » de Jacques Tati) nous avons senti de la déception (« Ah, non ! »), mais lors du visionnage les rires fusaient, et après tous avaient compris que noir et blanc ne rimait pas avec médiocrité !

En soirée, place aux adultes et tout comme l’an passé, nous n’avons eu qu’une faible affluence, preuve s’il en est que ce format de films est largement méconnu du grand public.

La faute à qui ? Les programmes existent mais ne sont jamais programmés avant minuit sur France 3 et sur Arte ! Tant que les émissions en prime-time seront des divertissements ou des films à gros budgets, ça ne risque guère d’évoluer et c’est bien dommage. Toujours est-il  que les programmes que nous avons proposés étaient de qualité et que le public a apprécié.

Au niveau national, la manifestation s’est déroulée dans 9 570 structures réparties dans 5 015 communes, et nous pouvons dire, en toute modestie, que nous sommes fiers d’y avoir contribué.

Un concert-spectacle hommage à Jacques Higelin au Vigan !

Ils s’y sont plongés depuis un an et ils sont sur les starting-blocks aujourd’hui, la troupe de la Compagnie Scène et Lune basée à Dégagnac.

David Ménauge, à l’initiation de ce projet, souligne l’importance de transmettre l’univers de Jacques Higelin, artiste entier, engagé, poète, abordant des sujets touchant notre actualité de manière poétique et philosophique. Il y en a des mots dans cette bouche qui ne demandent qu’à être transmis, interprétés, mâchés, balancés comme il savait si bien le faire.
À huit ils vont embraser la nuit sur scène avec des costumes haut en couleurs (imaginés et conçus par Marielle Bazard), classes, drôles et poétiques, en interprétant tour à tour des  chansons intenses du grand Jacques qui ont ponctué sa carrière. David Ménauge en sera le chanteur lead, le passeur.
Parmi eux, Marjorie Savino, choriste de Jacques Higelin et Lalo Zanelli au clavier, musicien du groupe Gotan Project, enrichissent un groupe de musiciens très bon niveau tel que Yann Perrier à la direction musicale, à la guitare et aux chœurs, Benjamin Leray à la basse, Diki à la batterie, Élisa Ménauge aux chœurs et chant et Marie-madeleine au chant qui va couronner le tout à travers danses et interventions surprenantes.

Quoi de mieux qu’un spectacle vivant pour dire la  frénésie de la vie, scander sa poésie, raconter ses nuits aussi, ses lumières que nous traversons tous et qu’il éclaire, lui, du haut de ses étoiles ?

Source : https://www.ruraletv.fr

Un spécialiste de la démocratie participative invité à Martel samedi 13 avril

Moins d’un mois après la conférence de haut vol animée par l’avocat de renom Arié Alimi, nos amis de la Ligue de droits de l’Homme de la section de Martel vous invitent à une nouvelle conférence le samedi 13 avril à 16 h toujours dans la salle Duguesclin du palais de la Raymondie.

Retour sur une rencontre exceptionnelle

Avant de présenter cet événement à venir, faisons un petit retour sur la rencontre du mois de mars, remarquable tant par la qualité des témoignages des spectateurs que par l’exposé clair et détaillé d’Arié Alimi, pénaliste spécialiste des violences policières et membre du bureau de la LDH. Dans la nombreuse assemblée, des témoins et victimes des techniques très controversées, voir illégales des forces de l’ordre (nasse, usages de LBD…) se sont exprimées (une ancienne sénatrice, un médecin, des membres de la confédération paysanne, très représentée dans l’assemblée…) Deux inculpés (parmi 9), dans l’affaire du 8 décembre 2020, une opération antiterroriste commanditée par le Ministère de l’Intérieur contre des militants, nous ont également livrés des témoignages saisissants (pour en savoir plus sur cette affaire, cliquez ICI).

Arié Alimi nous a donné des clefs pour penser ce phénomène de l’usage de la force par l’État. Si l’État a mis en place un véritable système de contrôle social en s’appuyant sur son bras policier, c’est le résultat de sa perte de légitimité grandissante auprès de sa population. Or, l’usage de la violence, dans un État de droit, est très encadré et obéit à des règles restrictives qui valent pour les citoyens comme pour l’État. En abusant du dispositif de légitime défense (cadre dans lequel la violence peut s’exercer) sans que ses conditions soient réunies au sens strict du droit, la police se pose de facto comme une institution au-dessus des lois.

La puissance publique, qui a plus que jamais besoin du soutien de sa police, n’hésite pas à proposer des lois comme le projet de loi relatif à la sécurité publique de 2017 (ajouté au Code de la sécurité intérieure) avec son article L.435-1 contesté qui a ouvert la voie à une conception floue de la légitime défense pour les policiers, ni même à s’affranchir de la légalité – en autorisant, par exemple, l’usage de drones pour surveiller les manifestations (une décision pointée du doigt par le tribunal administratif et le Conseil d’État). Pour Arié Alimi, « l’État hors-la-loi est celui qui restaure la violence pure en dehors du droit pour assurer sa conservation ».

Alors que ce Jeudi 8 février 2024, la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) a condamné la France pour avoir réalisé le 21 octobre 2010 à Lyon,  une « nasse » spectaculaire, « garde à vue à ciel ouvert » avec plus 700 personnes « encagées » (principalement des lycéens et étudiants bloqués de 13 heures jusqu’à l’exfiltration avec contrôle d’identité de 17 heures à 20 heures), l’avocat pénaliste garde foi dans le droit : « Pour éviter l’inéluctable qui se dessine à l’horizon, il n’y a d’autre stratégie que celle du droit et des mots. »

Vous pouvez également retrouver Arié Alimi dans l’émission A l’air libre du 2 avril en accès libre sur Médiapart ICI. Il s’entretien avec le journaliste Edwy Plenel au sujet conflit israélo-palestinien à l’occasion de la sortie de son dernier livre Juif, français, de gauche… dans le désordre (Éditions La Découverte)

Et ce samedi 13 avril à 16 h à Martel 

YVES SINTOMER est l’invité de la LDH pour une conférence intitulée: Du climat aux dérives autoritaires. Notre démocratie en danger ?

Yves Sintomer est professeur de science politique de l’université PARIS VIII et membre de l’institut universitaire de France. Il contribue par ses travaux à l’essor des dispositifs de démocratie participative et de gestion de proximité en France et en Europe à partir du milieu des années 2000 et au-delà, à l’époque contemporaine (tirages au sort, jurys citoyens, budgets participatifs, conseils de quartier, etc.).

Il a dirigé de nombreux livres et articles et donné de nombreuses conférences sur différents aspects de la démocratie.

 

La démocratie représentative, notre système de base actuel, dans lequel est reconnu à une assemblée restreinte, notre Parlement, le devoir de nous représenter et le droit de prendre des décisions nous concernant.

La démocratie participative qui transparaît à travers des initiatives comme les « consultations publiques » ouvertes ces derniers temps par différents ministères sur des projets de lois, règlements, décrets, par exemple cette consultation proposée le 22 novembre 2023 par la ministre de la Transition énergétique sur la « Stratégie française énergie-climat ». Démarche d’une démocratie à priori «horizontale».

 

Mais, ces dernières années, se multiplient des marques, comme les recours répétés au 49-3, d’une démocratie par contre « verticale » : notre démocratie est-elle en danger ?

Nous tenions à remercier la section de Martel de la Ligue des droits de l’Homme de nous offrir la possibilité d’assister à des conférences d’aussi grande qualité.

Fête des faucheurs à Lacapelle-Marival (46)

Voici le retour de la Fête des Faucheurs pour le week-end de Pâques à Lacapelle-Marival. Un événement qui se déploie à l’échelle d’un village. 

Une bonne occasion de venir s’informer, échanger, écouter, apporter ses idées sur l’agriculture, l’alimentation, la santé et aussi de festoyer…

Au programme : conférences, films, spectacles et concerts. Le tout accompagné de la buvette, du bon manger bio et local, d’un marché de producteurs et des stands associatifs.

Pour les conférences, l’échange avec le public sera une nouvelle fois au cœur de la démarche avec les invités, anthropologues, paysans, cinéastes et écrivains de renom.

Les apéros-concerts et les concerts résolument festifs vous inviteront aussi au voyage, à la poésie et au rire. Sans oublié la promesse d’un fabuleux spectacle derrière le château…

Entrée prix libre

PROGRAMME COMPLET ET DÉTAILLÉ ICI

Un nouveau festival éco-citoyen en Corrèze

Les 30 et 31 mars, la première édition de cette prometteuse rencontre écocitoyenne, le BAMBOO FESTIVAL se déroulera à Argentat-sur-Dordogne.  Ce festival est né de la collaboration entre un collectif d’habitants, des associations, des artisans, des artistes et musiciens du secteur d’Argentat-sur-Dordogne.

Le Bamboo Festival souhaite mettre en avant les potentiels et les initiatives locales qui créent du lien à Argentat-sur-Dordogne et alentours. Car c’est un territoire riche en associations et collectifs qui proposent de nouvelles façons de se rencontrer, d’échanger, de faire société et aussi de consommer.

De passage à Argentat, nous y avions découvert notamment la cantine « Drôle de Zèbre » avec son principe de service au comptoir, à partager sur de petites ou grandes tablées, tout en circuit court avec des produits locaux ou bio. Sophie Gaudreaux, sa créatrice dynamique fait partie du groupe initiateur du festival tout comme « Le Silo », le café, librairie et épicerie vrac et tisseur de liens humains, l’association « Aentre-ô-possibles » qui gère la ressourcerie et « La Flibuste », un collectif qui organise des conférences gesticulées. M’zelle Nenuph (voir programme du Troc Plantes de notre association) y sera aussi présente  pour des balades botaniques.

Le Bamboo Festival se veut une rencontre printanière entre les collectifs, les associations, les acteurs du territoire et tous les gens…

Au programme: Théâtre, Concerts, Scène ouverte, Expos, Stands d’informations, Jeux, Ateliers participatifs, Marché d’artisanat local, Friperie, Massages, Projections, Conférences …

Et bien entendu, de quoi se restaurer et s’abreuver !

Tout le programme détaillé ICI

Le Printemps des poètes le 30 mars et le 6 avril

Le Lieu Commun prolonge le Printemps des Poètes et vous invite à partager 1h30 de poésies, musiques et chansons  avec  sa troupe “Ephémère” et  Sarah Lazerges, accompagnées de musiciens…  soit une vingtaine de personnes sur scène…  pour deux représentations sur le thème de “La Grâce” :

Samedi 30 Mars à 20h30 au Bistrot du Théâtre de l’Usine à Saint-Céré, participation libre,

et

Samedi 6 avril à 20h30 à la Salle des fêtes de Nonards (19), participation libre également.

 

Le Lieu Commun est une association loi 1901 créée à Saint-Céré dans le Lot.

Elle a pour objet les échanges multiculturels, la diffusion de savoirs alternatifs et l’organisation de manifestations.

L’association a aussi pour objet de fédérer et d’accueillir, autour de projets communs, d’autres associations aux objectifs proches.

Le local de l’association est aussi un lieu d’accueil convivial avec un café associatif.

La soirée astro-photo c’est ce vendredi 22 mars à partir de 19 heures

En partenariat avec l’Atelier photo numérique du Centre Culturel Jean-Jaurès de Brive, nous vous convions à une soirée d’observation des constellations du ciel de printemps ainsi qu’à une initiation à la photographie du ciel nocturne.

Apportez des jumelles et des appareils photos avec trépied selon vos possibilités. Accessible aux enfants à partir de 8 ans.

Lieu : Parking des peupliers au lac du Causse à Lissac-sur-Couze (45,0986°, 1,46323°).

Température annoncée : 14° entre 20h et 21h. Possibilité de pique-niquer.

L’an passé à Brive

La fête du court-métrage c’est très bientôt !

Ce sera jeudi 21 mars à la salle polyvalente de Gignac.
Nous aurons les programmations pour les enfants des écoles à 10h et à 14h.
Et les programmations adultes en fin d’après-midi et début de soirée.

Vous trouverez le détail des 2 programmations adultes ICI.

En attendant, et toujours dans le cadre de la Fête du court-métrage, vous pouvez visionner gratuitement sur Arte.tv 11 court-métrages réalisés par des réalisateurs aujourd’hui célèbres (François Ozon, Stéphane Brizé, Mathieu Amalric…). Pour cela, cliquez ICI !

Renseignements complémentaires au 06.74.20.89.73.