Une chouette journée à la salle des fêtes !

Dimanche 10 octobre nous organisions notre première Foire aux livres d’occasion et aux vieux papiers dans la salle des fêtes de Gignac. Ce fut une belle et chouette journée !

C’était un vrai pari pour notre toute jeune association et ses membres actifs car hormis l’expérience de notre président qui a déjà plusieurs fois organisé ce type de manifestation sur Martel tout était nouveau.

Il s’agissait de notre première manifestation organisée dans la salle des fêtes et également une première pour ce type d’événement sur la commune !

Du travail en plus !

Nous ne vous cacherons pas que cela a nécessité beaucoup de travail en amont,  surtout en ce qui concerne la communication de terrain puisque la municipalité nous a refusé tout moyen de publicité via le site municipal ou par le biais d’Intramuros. Nous avons donc posé une centaine d’affiches sur un rayon de 40 kilomètres autour de Gignac et distribué plus d’un millier de flyers sur les marchés de Brive, Martel et Souillac.

Bref de quoi nous occuper mais de nous préoccuper aussi : les vendeurs allaient-t-ils répondre présents ? Les visiteurs se déplaceraient-ils pour cette première qui plus est, avec le frein pour certains du passe sanitaire ?

Autant de questions qui ont perturbé nos nuits avant ce dimanche

Et de la décoration …

Pour autant nous avions également décidé de transformer la salle des fêtes en un espace accueillant. Ainsi  après l’installation des tables réalisée le matin nous avons passé l’après-midi du samedi à accrocher des photos d’artiste, des affiches, des planches décoratives, des dessins voire des peintures pour rendre ce lieu au départ si impersonnel en  une sorte de grenier où plein de surprises attendaient les visiteurs au détour des stands.

Et des stands nombreux et variés !

Tout l’espace de la salle des fêtes était occupé par les stands qui utilisaient toutes les tables mises à disposition par la municipalité. Nos vendeurs étaient pour certains venus de très loin : de Guéret, de Bergerac mais aussi de tout le département. Le choix des livres, documents et divers supports (gravure,  photographie, papiers de reliure…) proposé était très étendu,  il nous a juste manqué un stand de BD de collection et pour cause… A 7 h 30 nous étions inquiets de ne pas voir arriver notre vendeur or celui-ci s’était trompé et après 5 h de route, il se trouvait à Gignac dans l’Hérault.

Malgré ce petit souci, il y avait une grande qualité d’ensemble dans ce qui était exposé et proposé à la vente et surtout, il y en avait pour toutes les bourses !

Et les visiteurs ?

Des collectionneurs sont arrivés dès 8 heures et les derniers visiteurs vers 17 h 45 quand nous commencions à remballer.

Les visiteurs ont été nombreux et leur présence a été régulière toute la journée. Enthousiastes, ils ont tenu à nous féliciter pour l’organisation et pour la décoration de la salle qui les emmenait vers un ailleurs qui ne peut se vivre que par et à travers le livre ! Les vendeurs aussi étaient ravis de leur journée et satisfaits de leur chiffre d’affaire. Ils nous ont donné rendez-vous l’année prochaine.

Voilà ce que nous retiendrons de cette chouette journée : une expérience riche en rencontres autour de ce qui nous tient à cœur, la culture.

Et quoi de mieux que de se rassembler pour échanger avec des supports qui deviennent vivants dès que nous les saisissons pour le plus grand plaisir de tous.

   

Et maintenant ? 

Bien évidemment nous referons cette foire l’année prochaine mais en attendant nous vous proposons une autre date importante : 

Le week-end du 27 et 28 novembre, nous organisons une bourse aux jouets de Noël sous forme de dépôt vente. Nous reviendrons rapidement vers vous pour plus d’informations.

 

 

Edicausse, éditeur en Quercy

 

Nous avons le plaisir de relayer ci-dessous la lettre d’informations de décembre d’EDICAUSSE :

Fort de son patrimoine par ses personnages emblématiques, ses événements de grande importance, ses lieux reconnus dans le monde entier, ses activités qui ont traversé les siècles, le Lot est également riche de ceux dont la discrétion les honore, mais qui ont toujours porté à leur terre de vie, le meilleur, sans oublier un esprit critique, invitant à la réflexion !

Maurice Rouget (1912-2002), originaire du village de Peyrilles, dont le manuscrit inédit nous avait apporté l’année dernière, un nouveau regard sur la courte vie de Léon Gambetta, dans l’ouvrage « Léonie Léon et Gambetta, un étonnant roman d’amour de dix années« , publié pour le 150e anniversaire de la proclamation de la Troisième République, sera, cette année, notre témoin d’un Cahors perdu des années 1920 à 1960.

Encore un nouveau témoignage – qui sera publié en décembre – et, qu’en ma qualité d’éditeur, installé dans le Lot depuis de nombreuses années, je m’efforce avec passion de conserver les traces dans mes publications.

Merci d’avance pour le bon accueil que vous réserverez à cette souscription, laquelle vous permet d’économiser 20 % sur le prix de l’ouvrage !

Gilles Chevriau, auteur-éditeur

A la recherche d’un Cahors perdu : notre prochaine publication

Le Cahors des années 20 à 60 raconté par Maurice Rouget.

 

Retrouvez également la liste de nos publications 2009-2021 disponibles (vente en ligne sur notre site internet).

© édicausse, éditeur en Quercy — 2021

Nuisances sonores à Gignac : un témoignage

Une de nos adhérentes nous a alertés récemment sur des troubles de voisinage qu’elle subit régulièrement. Nous sommes allés la rencontrer.

Photo d’illustration

Quels sont ces troubles de voisinage dont tu veux nous parler ?

Il s’agit d’aboiements répétitifs de chiens en pleine journée qui m’empêchent de mener la vie normale qu’on est en droit d’attendre à Gignac. Il s’agit bien de nuisances insupportables, pas de chant du coq ou de cloches d’église dont on entend parfois parler dans les journaux et qui sont habituels à la campagne.

Quelles démarches as-tu entreprises ?

Je suis tout d’abord allée voir mes voisins qui possèdent ces chiens pour essayer de nous arranger à l’amiable. Je leur ai proposé qu’ils leur mettent des colliers anti-aboiements ou bien qu’ils aillent voir un comportementaliste pour animaux, puisqu’il y a d’autres chiens dans le voisinage qui se tiennent parfaitement tranquilles même quand leur maître est absent.

Qu’est-ce que cette démarche de conciliation a donné ?

Rien du tout, absolument rien.

Et donc qu’as-tu fait ensuite ?

Je leur ai envoyé des courriers recommandés avec avis de réception en leur précisant que c’était devenu invivable pour moi et pour les personnes que je reçois et en leur demandant d’agir au plus vite.

Et cette fois-ci, ça a marché ?

Pas davantage.

J’ai alors  téléphoné à 2 adjoints à la mairie, je leur ai laissé un message, mais aucun ne m’a rappelé.

Devant ça, j’ai effectué un dépôt de plainte à la gendarmerie, plainte qui a été enregistrée par le procureur de la république, et j’en ai envoyé une copie à la préfecture et à la mairie de Gignac.

Madame la Maire est finalement venue me voir le 26 août. Je lui ai exposé précisément la situation et je lui ai rappelé ses pouvoirs de police. Elle m’a dit qu’elle me rappellerait pour me faire un retour, mais elle ne m’a jamais recontactée.

Quelle est la situation aujourd’hui ?

J’ajoute qu’une vacancière qui était chez moi a envoyé une lettre pour se plaindre elle aussi parce que ses vacances ont été gâchées par ces nuisances. J’ai envoyé une copie de ce courrier à la gendarmerie, au procureur et à la préfecture.

Je ne sais pas si c’est à cause de ça, mais il y a eu une accalmie ces derniers temps. Mais je crains qu’elle ne soit de courte durée.

Pourquoi ?

Parce que quand je suis retournée voir les propriétaires des chiens en question pour essayer de « faire la paix », je me suis fait copieusement insulter et j’ai ensuite reçu des appels téléphoniques malveillants jusque dans la nuit. D’ailleurs, j’ai rappelé la gendarmerie.

Et ce n’est pas tout !

C’est-à-dire ?

C’est-à-dire qu’il y a quelques jours, j’ai eu des saccages sur ma maison : j’ai dû faire changer les serrures qui étaient remplies d’une sorte de goudron ; je ne peux pas m’empêcher de faire un lien.

Dans quel état d’esprit es-tu aujourd’hui ?

Je suis au bout du rouleau. D’ailleurs je dois rencontrer l’inspecteur du travail prochainement car je suis à 2 doigts de demander un arrêt maladie.

Je suis scandalisée parce que la mairie ne fait rien pour protéger sa population et rien contre ces délinquants alors que la loi lui donne les pouvoirs de police nécessaires. Quand on demande du secours, ils ne sont pas là.

Cela fait près de 50 ans que j’habite à Gignac, et franchement je n’ai même plus envie de rester ici.

Interview réalisée le 20 septembre.

 

Cette problématique des nuisances dues aux aboiements de chiens est largement documentée dans les magazines spécialisés comme « La gazette des communes »,  « La vie communale »  ou même la DRASSE.

En voici un exemple :

JO AN – JO SÉNAT

26.06.2019

Chiens. Nuisances. Pouvoirs du maire

Aux termes de l’article R 1334-31 du code de la santé publique : « aucun bruit particulier ne doit, par sa durée, sa répétition ou son intensité, porter atteinte à la tranquillité du voisinage ou à la santé de l’homme, dans un lieu public ou privé, qu’une personne en soit elle-même à l’origine ou que ce soit par l’intermédiaire d’une personne, d’une chose dont elle a la garde ou d’un animal placé sous sa responsabilité ». Les articles R 1337-6 et suivants du même code prévoient ainsi plusieurs incriminations destinées à lutter contre les bruits de voisinage, que le maire peut constater en sa qualité d’officier de police judiciaire.

En outre, les articles L 211-11 et suivants du code rural et de la pêche maritime prévoient les cas dans lesquels le maire peut intervenir face à des animaux susceptibles, compte tenu des modalités de leur garde, de présenter un danger pour les personnes. En fonction des circonstances, le maire peut ainsi prescrire au propriétaire de l’animal de prendre les mesures de nature à prévenir le danger, placer l’animal dans un lieu de dépôt adapté ou, dans les cas les plus graves, faire procéder à son euthanasie.c

Enfin, en application de l’article L 2212-2 du CGCT, il appartient au maire de prendre les mesures nécessaires pour faire cesser les troubles à l’ordre public, et notamment à la tranquillité et à la sécurité publiques. Ces mesures, qui doivent être proportionnées à leur nécessité et qui ne sauraient présenter de caractère général et absolu, pourraient par exemple prendre la forme de prescriptions imposées aux propriétaires de chiens afin que leurs aboiements répétés ne soient pas générateurs de troubles à la tranquillité publique. Ces pouvoirs de police dont dispose le maire, fondés sur la dangerosité des animaux ou les troubles à l’ordre public qu’ils sont susceptibles d’occasionner, s’exercent indépendamment du nombre de chiens détenus et de la réglementation relative aux installations classées pour la protection de l’environnement applicable aux détenteurs de plus de 9 chiens (JO Sénat, 23.05.2019, question n° 09126, p. 2744).

Samedi 9 octobre, conférence sur la liberté d’expression dans la presse

Samedi 9 octobre, la Ligue des Droits de l’Homme (section de Martel) et l’association ATTAC (comité de Souillac) organisent une conférence-débat sur le thème de la liberté de la presse, sujet actuel s’il en est.

Le journaliste Bruno Masure (ex présentateur du journal de 20 heures de TF1, puis de France 2) sera présent en « guest star ».

 

Un week-end chargé !

Après les propositions musicales du « chant des chênes » pour samedi soir, nous venons d’apprendre que se tiendra ce samedi matin un conseil municipal avec l’ordre du jour suivant :

REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL (dans la salle du conseil)

Le samedi 02 octobre 2021 à 10h30

ORDRE DU JOUR :

1-Lotissement Clou del Pech :

1.1- Délibération n°1 :

Présentation et vote du budget primitif 2021 du lotissement « Clou del Pech » (Arrêté accordant le permis d’aménager en date du 23/09/2021) ;

1.2- Délibération n°2 :

Lotissement « Clou del Pech » – Validation du prix des lots – lot n°1 : 25 000€, lot n°2 : 23 500€, lot n°3 : 22 000€, lot n°4 : 25 000€, lot n°5 : 30 000€ ;

2-Délibération n°3 : Acquisition du terrain cadastré section A n°1262, sis rue du Puits Bournaguet, d’une superficie de 955 m² ;

Délibération n°4 : Décision modificative correspondante ;

3-Délibération n°5 : Rénovation énergétique du bâtiment ECOLE/CANTINE et des 3 logements situés à l’étage – Validation du devis relatif aux travaux d’isolation sur la partie salle de motricité, anciens bureaux et cage d’escalier ;

4-Délibération n°6 : Inscription au Plan Départemental des Itinéraires de Promenade et de Randonnée (PDIPR) de chemins ruraux traversant le territoire de la commune – Actualisation ;

5-Divers.

Pour information, nous vous mettons ici la partie de cadastre concernée par la délibération n°3 :

Un week-end musical

Voici un nouveau rendez-vous musical en Corrèze pour samedi prochain : à partir de 19 heures dans la salle des fêtes de Meyssac se tiendra le festival « Meyssac’Art On ».

Ce festival de musiques électroniques est organisé par la jeune association lotoise domiciliée à Creysse « Le chant des chênes »  qui nous avait proposé une journée musicale à Montvalent cet été. Vous y retrouverez 5 groupes à partir de 19 heures dans l’ordre suivant :

  • Big Hoddies: musique électro.
  • Swan Dub : « du gros son » ; extrait sur Sound Clock : https://soundcloud.app.goo.gl/YnU4x
  • MXS: à écouter d’urgence sur scène.
  • Roland cristal: le bon le vieux synthétiseur de base mais aussi du côté de Charlemagne et des ménestrels percussionnistes
  • Et pour finir, une petite promenade en forêt à la recherche de champignons magiques avec Spylo.

Le prix d’entrée est fixé à 5 euros et vous trouverez sur place buvette et snack.

Pour plus d’infos :  https://www.facebook.com/lechantdeschenes/

Covoiturage

Je recherche un conducteur (ou une conductrice) pour faire le trajet de Gignac vers Brive le jeudi (régulièrement ou occasionnellement), pour arriver à Brive vers 17 ou 18 heures.

Contact : 06-74-20-89-73

 

L’application Intramuros est-elle accessible à toutes les associations gignacoises ?

Depuis le mois de mars, Cauvaldor et ses communes se sont dotés de l’application Intramuros pour informer les habitants des actualités et événements de leur territoire. À ce titre, les associations, par l’intermédiaire de la mairie, peuvent signaler leurs manifestations. C’est ainsi qu’au mois d’août nous avions pu annoncer sur cette plateforme notre belle « Nuit étoilée ».

Et qu’en est-il de l’annonce sur Intramuros de notre Foire aux livres et aux vieux papiers ? Sommes-nous logés à la même enseigne que les autres associations gignacoises ?

En nous rendant en mairie pour effectuer notre demande, nous apprenons que le personnel communal n’est plus habilité à mettre notre information en ligne, notre demande doit se faire par courriel. Nous nous exécutons et la réponse arrive par mail : « la mairie ne fera pas la publicité des évènements organisés par votre association compte tenu de ses visées électoralistes. C’est la consigne que nous avons donné au secrétariat : donc pas de code INTRAMUROS. »

Comment dire ? Là encore nous ne pouvons qu’être surpris par cette réponse : en quoi l’organisation d’une foire aux livres relève-t-elle de visées électoralistes ?

Nous constatons une fois de plus que nous ne sommes pas traités à la même enseigne que les autres associations.

Pour mémoire :

  • nous n’avons pas droit à la publication d’un article dans le bulletin municipal,
  • nous n’avons pas droit à une subvention municipale,
  • et maintenant, nous n’avons pas le droit d’informer sur Intramuros alors que les autres associations disposent d’un code pour le faire…

Cela commence à faire réellement beaucoup ! Qu’en pensez-vous ?

Des dates portées disparues et un forum des associations avec !

Comme vous avez pu le lire dans un précédent article (du 19 août), nous attendions avec impatience le forum des associations afin de rencontrer les gignacois(es) et leur présenter nos prochains rendez-vous, notamment la « Foire aux livres d’occasions et aux vieux papiers » du 10 octobre à la salle des fêtes.

Ce forum des associations avait été annoncé par notre maire lors du conseil du 15 juillet suite aux courriers que nous lui avions envoyés (ceux-ci et leur réponse étant publiés toujours dans ledit article du 19 août).

Le forum des associations du 11 septembre a disparu !

Donc, nous devions avoir un forum organisé par la mairie le samedi 11 septembre dans la salle des fêtes puisque cette date était signalée sur l’agenda de la salle, agenda qui peut être consulté sur le site de la mairie à la rubrique « La vie de la commune » en cliquant sur l’onglet « Salle des fêtes ».

Nous nous étonnions de ne pas recevoir de la municipalité des informations sur l’organisation de ce forum, lorsque le lundi 6 septembre nous sommes allés vérifier si dans l’agenda la date de notre foire aux livres était bien signalée, et là quelle surprise… la date du 11 septembre était libre, la salle n’était plus réservée. Erreur ou maladresse informatique ? Que nenni !

Nous souhaitons que ce ne soit que partie remise et que le forum n’ait pas disparu pour la seule raison de nous empêcher de rencontrer les gignacois ?

La réservation de la salle des fêtes pour la formation ADEFPAT disparaît aussi !

Nous avions pu lire aussi dans cet agenda que la salle des fêtes était réservée le lundi 13 septembre au matin pour la formation ADEFPAT, formation à laquelle nous voulions participer, comme d’autres gignacois, afin de développer notre projet de tiers lieu associatif dans les locaux de l’ancienne « Gariotte ». Demande qui nous a été refusée par la municipalité…

Ayant l’agenda ouvert devant nos yeux, nous remarquons que cette date-là a aussi disparu, à une semaine de la tenue de la formation.  Pourquoi ?

Et pourtant cette formation a bien eu lieu au jour et à l’endroit prévu ! Alors pourquoi l’avoir fait disparaître ? Si c’était par crainte que nous venions quand même, c’était fort mal nous connaître.

Pour comprendre les raisons de ces disparitions, nous sommes allés poser la question en mairie. La réponse n’a pas tardé à arriver sous forme d’un courriel : cela ne nous regarde pas et la mairie n’a pas à nous de donner de justificatifs

Nous prenons bonne note de cette réponse mais quoi qu’il en soit nous ne savons toujours pas si le forum associatif se fera un jour. A suivre…