Annulation de notre soirée « Fête de la Musique » prévue pour le samedi 19 juin, ou l’édito d’un gignacois désabusé !

Vous avez pu constater que les dates de publication de notre newsletter ont été un peu contrariées ces dernières semaines du fait même de la vie de notre association et des différents événements que nous avions à gérer et à organiser :

Un premier rendez-vous dans votre courrier !

Dans un premier temps, nous avons travaillé sur le feuillet A4 recto/verso que nous avons ensuite distribué dans les boîtes aux lettres de Gignac ; vous en trouverez un exemplaire numérique ici même.

Pourquoi ce courrier adressé à tous les gignacois ?

Nous ne reviendrons pas sur la polémique qui a suivi la publication du dernier Gignac Infos dans lequel la municipalité n’a pas voulu publier notre article. Mais ce refus, au-delà de son étrangeté, nous a privé d’une source d’informations en votre direction, vous les gignacois.

Ainsi, pour vous expliquer notre démarche, notre projet et les actions que nous essayons de mettre en œuvre, il nous a fallu travailler sur ce feuillet avec le souci de porter à votre connaissance notre première action importante : faire la fête de la musique ensemble !

C’était avant tout pouvoir passer un moment festif ensemble dans le cadre de notre sortie progressive du confinement et profiter de ce moment important dans nos vies depuis 1981.

Tout était prêt, la communication, le protocole sanitaire, l’organisation avec notre partenaire Ciné-Lot et l’aspect institutionnel avec la mairie.

Trois fois hélas, les « événements» ont joué contre nous !

— D’abord le protocole fixé par le gouvernement pour cette fête de la musique qui interdit l’installation de scènes éphémères donc exit notre idée d’une scène ouverte.

— Ensuite le maintien du couvre feu à 23 heures qui nous obligeait à exclure une projection en plein air, car le 19 juin celle-ci n’aurait pu commencer qu’après 22 heures pour se finir largement au-delà du début du couvre-feu. D’où la nécessité de nous replier dans la salle des fêtes que nous avions également réservée à cet effet depuis longtemps.

— La publication par la mairie, le 2 juin, de l’installation des bureaux de vote dans la salle des fêtes nous a immédiatement fait réagir et nous tourner vers la municipalité pour savoir s’il était possible néanmoins de maintenir la projection. La réponse fut formelle : c’était inenvisageable, les bureaux de vote devant être installés la veille de l’élection.

Comment avons-nous réagi à cette accumulation de déboires ?

En essayant d’aller de l’avant, et suite à une prise de contact avec Ciné-Lot, une projection était possible pour le vendredi 18 avec le même protocole. Nous avons donc fait une nouvelle demande de la salle à la mairie.

Mais quelle ne fut pas notre surprise lorsque Madame la Maire nous déclarait de nouveau l’impossibilité de cette projection car les bureaux de vote devaient cette fois être installés le vendredi !

Et pour boire le calice jusqu’à la lie, le décalage d’une semaine au 25 ou au 26 est impossible pour cause de second tour probable.

Nous nous voyons donc contraints et forcés d’annuler cette soirée qui semblait déjà faire envie à de nombreuses personnes, gignacoises ou pas.

 

Mais sachez que ce n’est que partie remise et que nous essayerons de nous retrouver au mois d’août (probablement le 14) pour une soirée étoilée !

Un nouveau conseil municipal se tiendra mercredi 16 juin à 20 heures 30 à la salle des fêtes

La mairie de Gignac communique :

En raison de la situation sanitaire actuelle, les membres du Conseil municipal sont convoqués à la salle des fêtes de Gignac :

Le mercredi 16 juin 2021 à 20h30.

Gignac, le 11/06/2021

Le Maire, Solange OURCIVAL 

ORDRE DU JOUR :

  • 1-Délibération n°1 : Approbation du projet de Pacte de gouvernance de la Communauté de communes Causses et Vallée de la Dordogne ;
  • 2-Délibération n°2 : Suppression des régies de recettes pour la cantine, le ramassage scolaire et l’encaissement des produits relatifs à la location de la salle des fêtes ;
  • 3-Délibération n°3 : Tarifs et modalités de location de la salle des fêtes ;
  • 4-Délibération n°4 : Désignation d’un référent « ambroisie » et d’un référent « moustique tigre » ;
  • 5-Divers.

Des précisions et notre analyse du dernier conseil municipal

Le dernier conseil municipal s’est tenu à la salle des fêtes le jeudi 27 mai à 20h30 toujours sans public mais en visioconférence cette fois-ci. À l’ordre du jour il y avait plusieurs projets importants qui vont conditionner les prochaines années de notre commune tant par leur coût que par l’impact qu’ils auront sur le développement de celle-ci.

Nous avons donc regardé et écouté avec attention les décisions qui ont été actées lors de ce conseil et nous complèterons le PV par plusieurs éléments présentés mais qui n’ont pas été inscrits dans le procès-verbal et par les réflexions que nous amènent ces délibérations.

 

Délibération n°1 : Acquisition par voie de préemption d’un bien situé en centre bourg appartenant à Madame BASTIT Valérie.

Ce projet d’achat d’un bien immobilier présenté par Madame la Maire s’est fait un peu dans l’urgence du fait même du calendrier et du très court laps de temps entre l’annonce de cette vente à venir par Me Blavignac et le délai pour la prise d’une décision de préemption de ce bien.

En amont de la prise de décision, notre maire a pris soin de rappeler les actes pris en conseil communautaire et en conseil municipal encadrant la préemption d’un bien. Pour être au plus près de ces délibérations, nous vous les rapportons ci-dessous et vous pourrez trouver en annexe à cet article, l’intégralité des deux conseils traitant de cette question.

Conseil communautaire du 7 janvier 2017 :

 Point 39 : Instauration Droit de Préemption Urbain sur le territoire communautaire – Délégation au Président

M. le Président rappelle que, conformément aux dispositions du code de l’urbanisme, l’EPCI compétent en matière d’urbanisme l’est automatiquement pour le droit de préemption urbain.Ce droit permet aux collectivités de mener à bien les politiques foncières dans le cadre de leurs compétences. Le DPU peut être délégué au Président de l’EPCI, qui lui-même a la possibilité de le subdéléguer aux communes pour leur permettre de mener à bien des projets spécifiques.

En ce qui concerne les communes dotées d’une carte communale, le DPU ne s’applique pas sur un zonage mais uniquement sur les parcelles concernées par un projet prédéterminé.

– DE DIRE qu’un registre dans lequel seront inscrites toutes les acquisitions réalisées par exercice du droit de préemption et des précisions sur l’utilisation effective des biens acquis, sera ouvert et consultable au siège de la communauté de communes aux jours et heures habituels d’ouverture.

– DE DIRE que la présente délibération sera annexée aux documents d’urbanisme des communes du territoire.

Conseil municipal du 23 mai 2020 :

 3- Délégation du conseil municipal au maire :

10 – Exercer, au nom de la commune, les droits de préemption définis par le code de l’urbanisme, que la commune en soit titulaire ou délégataire, déléguer l’exercice de ces droits à l’occasion de l’aliénation d’un bien selon les dispositions prévues au premier alinéa de l’article L. 213-3 de ce même code dans les conditions que fixe le conseil municipal

Suite à ces rappels Madame la Maire explique les raisons de cette préemption : « Considérant que cette importante habitation permettrait la réalisation du projet envisagé par la municipalité à savoir, la rénovation et la création de logements communaux destinés à la location ainsi que la création de jardins partagés, »

Et c’est bien sur ce sujet que portent nos interrogations : la façon de gérer ce que nos édiles nomment la réserve foncière de la commune varie en fonction des conseils.

Lors d’un précédent conseil, un bien est vendu à une personne installée de longue date dans la commune ; pendant un autre conseil une gignacoise se proposant d’acheter le logement communal qu’elle loue est déboutée. Et voilà que la commune se porte acquéreur de la maison Bastit et de son terrain pour en faire des logements à louer alors que la personne qui devait acheter ce bien à Valérie Bastit avait le même projet. Cet argument a été mis en avant par l’un des conseillers ayant voté contre ce projet !

N’aurait-il pas été plus simple de laisser M. Galarza acheter cette maison pour en faire des logements, ce qui à coup sûr aurait amené de nouveaux habitants, plutôt que de faire un nouvel emprunt pour cette acquisition ? Emprunt qui ne devrait pas alourdir l’endettement de la commune (voir délibération n°2) mais qui ne l’allège pas non plus sans présager du financement des travaux de rénovation. Ceux-ci feront l’objet de subventions mais l’exemple récent de la rénovation énergétique de l’ancienne mairie tend à nous prouver que cette opération ne se fera pas à coût zéro.

Ce projet était-il primordial pour la commune ?

Voilà la question que nous pouvons nous poser. Aux dires d’autres conseillers présents, il s’agit d’une bonne affaire eu égard au prix de ce bien (mais hors travaux !), mais la commune a-t-elle pour vocation de devenir propriétaire des biens à vendre dans le bourg, et en poussant un peu le bouchon, pourquoi ne pas se porter acquéreur d’autres biens dans les hameaux ?

Quoiqu’il en soit cela a un coût et doit faire partie d’un projet identifiable par les habitants.

Dernière remarque au sujet de cette préemption : le devenir du terrain lié au sort de cette maison :

Madame la Maire nous explique que ce terrain servira à la création de jardins partagés. C’est clair et cela lève les interrogations qui ont circulé depuis que cet achat a été connu, surtout quant à sa situation géographique à proximité de l’ancien multiple rural bientôt racheté par la commune.

Ceci étant, une intervention d’une des conseillères présentes nous a un peu rendus perplexe puisqu’elle explique que l’achat seul de ce terrain n’étant pas possible (toujours pour y faire des jardins partagés ?), la municipalité s’est portée vers le choix d’un achat global maison + terrain.

Cette création reprendra-t-elle le projet porté à la connaissance de l’ancienne équipe municipale peu de temps avant les élections par quelques gignacois ? Ce projet avait reçu un bon accueil du conseil et les choses semblaient pouvoir se concrétiser rapidement, mais depuis les élections nous n’avons plus de nouvelles sur son avancement. Ce pourrait être une bonne façon de relancer l’intérêt de nos concitoyens pour la chose publique !

Délibération n°2 : Décision modificative – Vote de crédits supplémentaires relatifs à l’inscription de l’acquisition en dépense et recette au budget.

Le montant de l’acquisition et des frais notariés s’élève à environ 77 000€. Cette dépense sera inscrite au budget de la commune et sera financée par un emprunt de 77 000€.
À noter que l’endettement de la commune reste stable compte tenu de l’effacement de deux annuités d’emprunt (une en 2020 et une en 2021 pour un montant total de 15 400€)

 Décision modificative n°1/2021

Madame la Maire expose au Conseil municipal que les crédits ouverts aux articles ci-après du budget de l’exercice 2021, ayant été insuffisants, il est nécessaire de voter des crédits supplémentaires et/ou de procéder aux réajustements des comptes et d’approuver les décisions modificatives suivantes.

Cette modification s’explique comme nous l’avons dit plus haut par la nécessité d’une réponse rapide et par le fait que cet achat n’était pas prévu dans le budget initial 2021… d’où l’obligation de cette décision supplémentaire.

Délibération n°3 : Rénovation énergétique du bâtiment ECOLE/CANTINE et des 3 logements situés à l’étage – Validation des devis relatifs à l’installation de la chaufferie biomasse et à la réalisation d’une tranchée destinée à l’alimentation en chauffage de la cantine – Validation du devis relatif au renfort et à la mise en sécurité des linteaux de fenêtres du rez-de-chaussée.

L’installation de la chaudière à biomasse.

Après que Madame la Maire nous ait expliqué que le seuil de mise en concurrence obligatoire des marchés publics a été relevé jusqu’au 31/12/2022 à 100 000 €, nous pensions que la rénovation énergétique du bâtiment ancienne mairie /cantine entrait dans cette problématique eu égard à son coût global et que nous allions voir comment fonctionnent ces marchés publics.

Que nenni, le projet se voit réparti en 4 lots correspondant de fait aux 4 corps de métiers intervenant dans sa réalisation, et du coup exit la mise en concurrence obligatoire, le choix se faisant à partir de devis demandés par la municipalité.

Ainsi, pour le poste le plus coûteux, à savoir l’installation de la chaudière, le choix s’est porté sur le devis de Lot Energie, devis qui avait déjà été présenté lors des différents conseils actant cette rénovation. Madame la Maire nous expliquant que deux autres entreprises ont été contactées : la société Picoulet qui n’a pas souhaité donner suite et la société Delcambre qui n’a pas répondu. Peut-être aurait-il fallu contacter d’autres entreprises afin de situer le devis de Lot Energie dans le marché ? Car là, les conseillers n’ont eu qu’un choix particulièrement restreint…

Mais évidemment il est plus facile de se poser la question devant son clavier que face à la réalité des entreprises de notre territoire.

Concrètement, cette entreprise qui a installé les poêles à granulés dans les logements locatifs de la commune aurait un créneau courant juillet pour réaliser les travaux sur le temps des vacances scolaires.

Pour les autres postes du projet :

— isolation de la chaufferie, là aussi un seul devis celui de l’entreprise Mas

— pour la tranchée de raccordement de la cantine au chauffage, deux devis ont été présentés et celui retenu fut celui du moins disant à savoir Corrèze BTP mis en concurrence avec la société Delpech.

— le renfort des linteaux des ouvertures de l’école sera quant à lui confié à l’entreprise Delpech qui a déjà réalisé une première tranche de ces travaux.

4-Divers

4.1- Adressage : compte-rendu de la réunion du 27/05/2021 avec le SDAIL

Si vous êtes un lecteur assidu de nos articles (pour les autres vous la trouverez sur notre site avec le mot clé « Baladou »), nous avons expliqué la méthode employée dans la commune de Baladou où les habitants ont été régulièrement consultés pour ce travail et ont également participé à la dénomination des voies lors de réunions publiques et un cahier de doléances à ce sujet avait été installé en mairie.

Pourquoi cette remarque ? Elle répond aux préoccupations de Didier Faurel qui présentait ce sujet et qui expliquait qu’il y allait avoir beaucoup de travail avec une copie à rendre pour cet automne. Cette méthode ne pourrait-elle pas faire gagner du temps et de l’énergie à tous ?

Quand le travail de dénomination des voies sera terminé, la SDAIL devra envoyer le nom des voies à l’IGN et il nous faudra ensuite nous rendre en mairie pour effectuer notre changement d’adresse comme si nous avions déménagé.

Restera encore un long travail d’installation des poteaux et des plaques le long des voies, et la municipalité dans un souci d’économie devrait le réaliser avec les employés communaux et les conseillers (avec l’aide des gignacois ?).

4.2- Rachat du café commerce par la collectivité : accompagnement des élus par l’ADEFPAT (acteur projets territoires ruraux) pour la réussite du projet envisageable pour l’exploitation de ce lieu – compte rendu de la réunion du 25/05/2021

La municipalité a fait le choix d’un accompagnement par l’ADEFPAT (association de développement des pays aveyronnais et tarnais) afin de déterminer les besoins et de définir le projet communal relatif au rachat de l’ancien multiple rural.

Nous ne pouvons que nous féliciter de ce choix qui par exemple a permis il y a maintenant de nombreuses années l’émergence du projet associatif Ecaussystème.

Si le C.A. de l’ADEFPAT choisit d’accompagner ce projet, pourquoi ne pas ouvrir ce temps de formation et d’échanges à d’autres personnes que les membres du conseil municipal ?

Ce serait une vraie chance pour notre territoire de voir se développer les projets associatifs ou entrepreneurials.

4.3- Compte-rendu de la réunion « Cœur de Village » : un scoop !

Didier Faurel a fait le compte rendu de la réunion qui s’est tenue à Cauvaldor, réunion ayant pour sujet l’opération « Cœur de village ». Gignac ayant été une des premières communes de notre territoire à travailler sur ce projet, nous serons parmi les premiers à voir ce projet débuter.

Le budget des travaux en question est un des plus important de cette opération avec celui de Miers, pourquoi ? Parce que nous avons eu confirmation du rapporteur que la reconstruction d’une halle sur la place de l’église était bien dans les tuyaux.

Ceci étant, Benoît Chastanet a tenu à préciser que les habitants seront associés à chaque étape et pour le choix des travaux lors de réunion(s) publique(s) quand cela sera possible, en commençant par les riverains…

Autre point non renseigné dans le PV :

Les conseillers ont acté la refonte du système téléphonique de la mairie passant à un système numérique après abandon des abonnements France Télécom et ont approuvé à l’unanimité le devis de la société Faurie Télécom et Sécurité pour un montant de 3800 €.

Annexes :

PV du Conseil communautaire du 7 janvier 2017

PV du Conseil municipal du 23 mai 2020

PV du Conseil municipal du 27 mai 2021

Le président de la république ce jeudi à Martel

A l’initiative de la députée LREM Huguette Tiegna, le chef de l’Etat sera en déplacement dans notre département ces 2 et 3 juin.

Selon Actu-Lot, le programme du jeudi 3 est le suivant :

– 10 h 15 : arrivée du Président de la République à Martel et échanges avec des habitants, à la salle des fêtes de Martel.

– 12 h 30 : déjeuner avec les habitants de Martel ayant participé aux échanges.

– 14 h : visite du village de Martel.

À l’issue, départ du Président de la République pour Cahors.

Nous ne savons pas dans quelle mesure il sera possible d’approcher le chef de l’Etat, mais nous notons que dans le même temps, le président du Sénat, Gérard Larcher, sera lui aussi dans notre département à l’invitation du député LR Aurélien Pradié.

Les 2 députés lotois étant candidats aux prochaines élections, il est clair que les grandes manœuvres électorales ont commencé.

Un nouveau conseil municipal en visioconférence ce jeudi 27 mai à 20 h 30

L’ordre du jour du nouveau conseil municipal vient d’être publié sur le site de la mairie. Nous vous le postons ci-dessous de façon à lui assurer la plus vaste diffusion car plusieurs points sont importants pour l’avenir de notre commune.

Pourquoi c’est important ?

Parce que cela va impacter la vie sociale du bourg mais aussi le budget municipal, non pas seulement sur une année, mais sur une période qui risque de s’allonger au fur et à mesure des décisions qui vont être actées par les conseillers.

Nous insistons depuis de nombreux mois sur la nécessité de présenter et partager les projets municipaux notamment en ce qui concerne le rachat de l’ancien multiple rural. Mais toujours rien à l’horizon alors qu’il est écrit dans le dernier « Gignac infos » qu’“une concertation des habitants sera organisée”. Donc nous l’attendons avec impatience mais pourquoi ne penser cette concertation qu’à partir de ce que nous proposera l’équipe municipale ? Les gignacois ont peut-être eux aussi des idées à faire valoir ou au moins des désidératas au sujet de ce que devrait être le prochain commerce du village afin qu’il soit en adéquation avec ce que nos concitoyens attendent.

Et qu’en est-il de la préemption annoncée de la maison “Bastit” en centre bourg ? C’est la première fois que ce sujet apparaît à l’ordre du jour du conseil : pourquoi cette urgence à décision ? Cette maison n’est pas en vente depuis hier et son terrain à la sortie du bourg non plus ? Là encore il est important que nous sachions quels sont les projets municipaux en la matière ! Même chose pour l’opération « cœur de village » !

Le retour de la visioconférence !

Au moins nous pourrons prendre connaissance des décisions des conseillers car ce conseil se fera en visioconférence, ce qui ne fut pas le cas lors du précédent.

Et le retour du public ?

Nous pensons néanmoins que ce conseil aurait pu se faire avec du public puisque depuis le 19 mai les salles des fêtes sont officiellement ouvertes dans les conditions que vous pouvez retrouver dans un de nos précédents articles : Salles des fêtes, salles polyvalentes, chapiteaux : Chaque établissement ne peut pas recevoir plus de 35% de sa capacité d’accueil maximale et chaque salle est plafonnée à 800 spectateurs.

Il suffisait également pour rendre le retour du public possible lors de ce conseil d’en avancer l’heure afin que chacun soit rentré chez lui avant les 21 heures du couvre-feu.

Réunion du Conseil municipal

En raison de la situation sanitaire actuelle, les membres du Conseil municipal sont convoqués à la salle des fêtes de Gignac :

Le jeudi 27 mai 2021 à 20h30

Gignac, le 21/05/2021

Le Maire, Solange OURCIVAL 

La séance sera retransmise en visioconférence.

ORDRE DU JOUR :

1-Délibération n°1 : Acquisition par voie de préemption d’un bien situé en centre bourg appartenant à Madame BASTIT Valérie,

Délibération n°2 : Décision modificative – inscription de l’acquisition en dépense et recette au budget ;

2-Délibération n°3 : Rénovation énergétique du bâtiment ECOLE/CANTINE et des 3 logements situés à l’étage – Validation des devis relatifs à l’installation de la chaufferie biomasse et à la réalisation d’une tranchée destinée à l’alimentation en chauffage de la cantine – Validation du devis relatif au renfort et à la mise en sécurité des linteaux de fenêtres du rez de chaussée ;

3-Délibération n°4 : Budget principal – Vote de crédits supplémentaires sur l’article 66111 intérêts réglés à l’échéance (Décision modificative) ;

4-Divers :

4.1- Adressage : compte-rendu de la réunion du 27/05/2021 avec le SDAIL,

4.2- Rachat du café commerce par la collectivité : accompagnement des élus par l’ADEFPAT (acteur projets territoires ruraux) pour la réussite du projet envisageable pour l’exploitation de ce lieu – compte rendu de la réunion du 25/05/2021,

4.3- Compte-rendu de la réunion « Cœur de Village »,

4.4- Informations diverses.

Billet d’humeur

Ce bref article renvoie au texte publié sur le site Internet de notre commune, article intitulé : La commune achète le café/commerce.

Nous avons attendu quelques jours pour réagir à cet article afin de ne pas être dans la réaction immédiate. Ceci étant, cet article met en scène, ou plutôt en mots, un choix de la nouvelle équipe municipale qui était incontournable pour l’avenir du bourg.

Incontournable car les années qui ont suivi l’achat de l’ancien multiple rural par un « privé » ont montré de façon circonstanciée l’erreur d’un tel projet dans le contexte gignacois mais surtout l’erreur de cette vente d’un bien public.

Erreur économique car si la faillite de ce commerce vient de la non tenue du festival en 2020 comme il est écrit dans l’article municipal, cela montre qu’un tel projet n’était pas ancré dans le quotidien de la commune et ne pouvait pas être viable puisqu’ayant une survie basée sur  la tenue d’un évènement de 3 jours relativement à un bilan financier annuel ! Pour rappel, au moment même de la création d’Ecaussystème, il y avait encore deux commerces qui fonctionnaient à l’année dans la commune et qui ont continué à le faire pendant plusieurs années : une boulangerie liée à un multiple rural qui plus est doublée d’une tournée mécanisée qui passait par tous les hameaux de la commune, ainsi qu’un bar-tabac-presse.

Erreur quant à l’importance de ce bien dans la vie sociale de la commune. Il était dans la logique des choses que la municipalité effectue le rachat de ce commerce afin de pouvoir faire revivre un lieu pour de nouvelles interactions sociales entre gignacois. Car il s’agit bien d’un rachat et nous tenons à ce terme comme une réappropriation d’un lieu public mais aussi rachat qui a un coût pour nos finances.

Reste à savoir ce que nous répétons depuis que ce projet est à l’ordre du jour des conseils municipaux : un rachat pour quoi faire ? La municipalité nous indique qu’elle a pensé à plusieurs projets mais sans nous dire lesquels : peut-être serait-il opportun de réunir dès maintenant tous les gignacois intéressés et d’écouter leurs propositions ?

Il y a 150 ans, la Commune de Paris

En cette période de commémoration napoléonienne, qui bien évidemment a marqué et façonné une partie de l’Histoire de France, nous ne pouvons pas passer sous silence les 150 ans de la Commune de Paris, qui bien qu’éphémère (72 jours) a durablement marqué les esprits, et bien au-delà de la France.

Tout commence avec la guerre que déclenche Napoléon III le 19 juillet 1870 contre la Prusse de Bismarck.

La guerre est de courte durée puisqu’encerclée à Sedan, l’armée française capitule le 2 septembre 1870 et Napoléon III est capturé. Sous la pression populaire, l’empire tombe et la République est proclamée ; Gambetta (lotois d’origine, il a une statue à Cahors) est nommé ministre de l’intérieur puis ministre de la guerre.

Le nouveau gouvernement proclame sa volonté de continuer la guerre, mais dans les faits il œuvre en coulisses pour faire accepter la défaite aux français, de peur de l’arrivée de socialistes au pouvoir à Paris.

De fait, les prussiens finissent par encercler la capitale le 17 septembre et c’est progressivement la famine avec le célèbre épisode où les parisiens sont conduits à manger les animaux du Jardin des Plantes pour survivre.

Le 18 janvier 1871, la défaite est consommée et l’empire allemand est proclamé au château de Versailles ; un armistice est signé le 28. Ces événements, appris après coup, font monter la colère chez les parisiens.

Des élections sont organisées le 8 février dans la précipitation, afin de faire valider l’armistice et la défaite française. Au niveau national ce sont les monarchistes qui l’emportent (avec le slogan « pour la paix »), mais à Paris ce sont les républicains (avec le slogan « pour la poursuite de la guerre ») qui sont majoritaires.

Les parisiens s’estiment ensuite trahis avec la nomination de bonapartistes aux postes clé de leur administration (préfet de police, gouverneur et garde nationale) et l’interdiction des principaux journaux de gauche.

Inquiète de la situation en ébullition à Paris, l’Assemblée Nationale se replie sur Versailles.

Le 1er mars les troupes prussiennes défilent sur les Champs-Elysées ; en réplique, un drapeau rouge est hissé sur la colonne de la place de la bastille, la tension continue à monter.

Inquiet, le gouvernement dirigé par Adolphe Thiers tente, le 18 mars, de récupérer les canons parisiens. Mais à Montmartre le peuple s’oppose à la troupe qui refuse de tirer sur la population et fraternise. Un peu partout dans Paris, la population s’en prend aux représentants du gouvernement et élève des barricades. Deux généraux, Lecomte et Clément-Thomas qui avait participé à la répression du soulèvement de juin 1848, sont arrêtés et exécutés par la foule : c’est le début de l’insurrection.

Apprenant les événements, Victor Hugo écrit dans son journal : « Thiers, en voulant reprendre les canons de Belleville, a (…) jeté l’étincelle sur la poudrière. Thiers, c’est l’étourderie préméditée ».

Le gouvernement tout entier ainsi que les « possédants » parisiens quittent la capitale pour se réfugier à Versailles.

Le 26 mars, Paris organise des élections pour désigner les 92 membres du « Conseil de la Commune ».

Les arrondissements de l’Est, du Nord et du Sud votent massivement pour les candidats fédérés, ceux du centre parisien votent eux pour les candidats modérés (20 élus).

Toutes les tendances politiques républicaines, socialistes et anarchistes sont représentées. On y dénombre notamment 33 artisans et petits commerçants, 24 professions libérales ou intellectuelles et 6 ouvriers.

De nombreuses mesures sociales sont immédiatement votées : séparation de l’Eglise et de l’Etat, école gratuite et laïque, liberté de la presse, promotion des femmes, élus révocables, suspension du remboursement des dettes contractées pendant la guerre pour 3 ans, réquisition des logements vacants au profit des sinistrés…

C’est un nouvel ordre autogéré qui se met en place. L’objectif des « communards » est d’imposer une autonomie parisienne et un certain nombre de « versaillais » n’y sont pas hostiles.

De nombreuses actions symboliques de destruction de l’ancien ordre sont prises : incendie de l’hôtel particulier de Thiers, démolition de la colonne Vendôme avec la statue de Napoléon 1er à son sommet.

De nombreux « clubs de discussion » se mettent en place où la population peut se retrouver pour y discuter de la situation, proposer des solutions, voire faire pression sur les élus ou aider l’administration communale. Ils permettent à des orateurs réguliers ou occasionnels (comme Louise Michel, Gustave Courbet ou Louis Pottier) de faire entendre les aspirations de la population et de débattre de la mise sur pied d’un nouvel ordre social favorable aux classes populaires.

Le 16 avril, un décret réquisitionne les ateliers abandonnés par leurs propriétaires et prévoit de les remettre à des coopératives ouvrières. La journée de travail y est de 10 heures et l’encadrement est élu par les salariés.

Le 20 avril, les bureaux de placement de la main d’œuvre, agissant bien souvent comme des « négriers », sont supprimés et remplacés par des bureaux municipaux. La Commune interdit les amendes patronales et retenues sur salaires, et pour lutter contre le sous-salariat dans les appels d’offres, un cahier des charges avec indication du salaire minimum est créé.

Dans son programme du 19 avril, la Commune écrit : « La Révolution communale, commencée par l’initiative populaire du 18 mars, inaugure une ère nouvelle de politique expérimentale, positive, scientifique. C’est la fin du vieux monde gouvernemental et clérical, du militarisme, du fonctionnarisme, de l’exploitation, de l’agiotage, des monopoles, des privilèges, auxquels le prolétariat doit son servage, la Patrie ses malheurs et ses désastres. »

La Commune reconnaît l’union libre, interdit la prostitution et met en place un début d’égalité salariale, mais elle manquera de temps pour instaurer le droit de vote des femmes.

La révolte parisienne est l’un des événements les plus médiatisés de l’époque. La Commune est suivie par les journaux européens aussi bien que dans l’aire d’influence britannique (Canada, Inde, Australie) et dans l’espace atlantique (Brésil, Mexique, États-Unis). D’après l’examen des télégrammes circulant sur le réseau du câble transatlantique, l’écrasante majorité des informations de cette période concerne l’insurrection parisienne !

Du côté des opérations militaires, le gouvernement Thiers bénéficie de l’appui des troupes prussiennes massées non loin de la capitale, côté Est et Nord. Ainsi, Bismarck libère près de 60 000 prisonniers de guerre qui peuvent s’adjoindre aux 12 000 soldats dont dispose Thiers.

Côté parisien, on compte sur environ 170 000 hommes, mais seulement 20 000 vraiment aguerris, la plupart de ces « soldats » n’ayant pratiquement pas d’expérience militaire, et s’ils sont animés d’ardeur républicaine, ils sont aussi assez réticents à la discipline. Le commandement n’est pas non plus à la hauteur d’une armée professionnelle.

Clémenceau propose une conciliation mais Thiers refuse et passe à l’attaque.

Barricade parisienne

Le 2 avril, les Versaillais s’emparent de Courbevoie et de Puteaux, les fédérés se repliant vers Neuilly.

Pendant trois semaines, les combats sont sporadiques, mais les bombardements intensifs, en particulier sur Neuilly.

Le 21 avril, le gouvernement Thiers impose le blocus ferroviaire de la capitale.

Au soir du 26, le village des Moulineaux est occupé par les Versaillais.

Le 4 mai, aidés par une trahison, ils enlèvent la redoute du Moulin-Saquet, le 5, ils s’emparent du village de Clamart, le 8, l’enceinte fortifiée de Paris est bombardée de Grenelle à Passy, tandis que le 9, le fort d’Issy est pris.

Le 21 mai, l’armée versaillaise pénètre dans Paris par la porte de Saint-Cloud, mal défendue, et avance jusqu’à l’Arc de Triomphe.

Les destructions et incendies d’immeubles liés aux combats de rue et aux tirs d’artillerie sont légion : le palais des Tuileries, le palais d’Orsay, le palais Royal et finalement l’Hôtel de ville le 24 mai avec la perte de la totalité des archives de Paris ainsi que tout l’état civil à partir de 1515 (environ 1/3 pourra être restauré).

Du côté des immeubles privés, on notera la perte de la maison de Prosper Mérimée qui brûla avec tous ses livres, correspondances et manuscrits, celle du sculpteur Jacques-Édouard Gatteaux ou celle de Jules Michelet. Le musée de la manufacture des Gobelins est également touché par l’incendie avec la perte d’environ 80 tapisseries.

De nombreux autres édifices furent sauvés par la volonté de quelque uns (aussi bien communards que versaillais) : l’Hôtel-Dieu et Notre-Dame, les Archives nationales ou le palais du Louvre.

L’expérience de la Commune de Paris se termine le 28 mai à la fin de « la semaine sanglante » :

  • Le 22, les Versaillais occupent les 15e et 16e arrondissements, les portes d’Auteuil, de Passy, de Sèvres et de Versailles et s’emparent de l’Élysée, de la gare Saint-Lazare et de l’École militaire.
  • Le 23, la butte Montmartre tombe : 42 hommes, 3 femmes et 4 enfants, pris au hasard, sont conduits rue des Rosiers, devant le mur où les généraux ont été exécutés le 18 mars, et sont fusillés. Les Versaillais occupent l’Opéra, le faubourg Montmartre et la Concorde et procèdent à des exécutions massives à Montmartre, au parc Monceau et à la Madeleine.
  • Le 24, les Versaillais occupent la Banque de France, le Palais-Royal, le Louvre et Notre-Dame des Champs. Le docteur Faneau, à la tête de l’ambulance établie au séminaire Saint-Sulpice, est passé par les armes avec 80 fédérés blessés. Le quartier latin est pris en soirée et ses défenseurs (près de 700) sont exécutés. De leur côté, les communards exécutent l’archevêque de Paris Georges Darboy (qu’ils avaient tenté d’échanger contre Auguste Blanqui) et cinq autres otages. Ils ne tiennent plus que les 9e, 12e, 19e et 20e arrondissements, soit un quart de la capitale.
  • Le 25, les combats se poursuivent à la Butte-aux-Cailles.
  • Le 26, seuls le canal de l’Ourcq, le bassin de la Villette, le canal Saint-Martin, le boulevard Richard-Lenoir, la rue du Faubourg-Saint-Antoine et la porte de Vincennes restent aux mains des communards.
  • Le 27, c’est au cimetière du Père-Lachaise que les combats se poursuivent. 147 communards sont fusillés au « Mur des Fédérés » qui est aujourd’hui le lieu habituel des commémorations de la Commune.
  • Le 28, les combats se poursuivent dans Belleville puis les Versaillais prennent la dernière barricade.

En prenant en compte les tués hors de Paris, on estime entre 20 et 30 000 le nombre des fusillés lors de cette « semaine sanglante », c’est-à-dire le plus grand massacre de civils de l’histoire française.

Pour autant, en seulement 72 jours et en état de guerre, la Commune a pris et commencé à mettre en œuvre des mesures sociales d’une ampleur jamais connue auparavant, dont certaines attendront la fin du 20ème siècle pour être reprises tandis que d’autres attendent toujours, comme la possibilité de révoquer les élus.

 

En juin, des procès expéditifs conduisent à de nouvelles exécutions.

Comme toujours, « l’Histoire est écrite par les vainqueurs » et en juillet, le nouveau pouvoir fait réaliser des photomontages (à partir de vraies photographies) pour montrer la « barbarie » des communards.

En août, on traque encore ceux qui ont été identifiés sur des photographies !

En décembre, au procès de Louise Michel, c’est Victor Hugo qui prend sa défense : elle sera déportée en Nouvelle-Calédonie.

En décembre toujours, Thiers interdit toute évocation mémorielle des événements et déclare : « il ne s’est rien passé ».

Aujourd’hui encore, à l’exception du mur des Fédérés au Père Lachaise, il n’existe aucune plaque ni aucun souvenir de cette période. Même aux parc des Buttes Chaumont où au moins 300 communards furent fusillés, jetés dans le lac puis « repêchés morts » pour être finalement brûlés en plein air. « Le sol était jonché de leurs cadavres ; ce spectacle affreux servira de leçon» écrira Adolphe Thiers.

Au 20ème siècle, on donnera l’occasion à un autre Adolf de s’illustrer aussi de manière barbare… N’oublions pas ces crimes et l’idéologie qui les porte en germe.

Le Mur des Fédérés

2 documentaires à voir pour approfondir :

Les détails du plan de réouverture annoncé par le Premier ministre

Vous trouverez,  en cliquant ICI, tous les détails du plan de réouverture annoncé par Jean Castex dans le journal « Le Parisien » lundi soir.

Les différentes étapes du futur déconfinement annoncées par le Président de la République dans la presse régionale le 29 avril ont enfin leurs déclinaisons point par point et date par date pour tout ce qui était fermé jusqu’à présent.

Le document que nous vous donnons à lire se veut le plus exhaustif possible et vous permettra, lieu par lieu, d’avoir une connaissance précise des activités possibles dans le calendrier défini par le plan de réouverture en 3 étapes : 19 mai, 9 juin et 30 juin.

Il y est question non seulement des conditions de réouverture des commerces dits « non essentiels » comme les bars, restaurants, magasins divers, mais il traite également des étapes de réouverture de tous les lieux culturels : cinéma, théâtre, salle de spectacle, bibliothèque, musée, etc.

Ce document aborde donc, et précise, ce que devrait être l’avenir social et culturel de notre commune à travers les différentes jauges de public autorisées dans la médiathèque, la salle des fêtes, lors des manifestations religieuses ou publiques en intérieur et à l’extérieur y compris pour les festivals de cet été.

Gramat – De retour de la marche pour le climat

Une centaine de lotois s’étaient donnés rendez-vous dimanche 9 mai devant le méthaniseur de Gramat pour la « Marche d’après ». Marche « macabre » mais aussi pleine d’espoir pour la mise en place d’une vraie loi Climat à la hauteur de l’urgence climatique et sociale.

À l’appel de plusieurs organisations (La Confédération Paysanne du Lot, le Collectif National Vigilance Méthanisation (CNVM-ch), Vigilance OGM 46, et le Groupement d’Alerte et de Défense de l’Environnement du Lot (GADEL)), une centaine de lotois avaient répondu présents à cette invitation à venir semer et planter les graines d’un avenir prenant enfin en compte les nécessités de l’urgence climatique mais aussi sociale devant les portes du méthaniseur de Gramat.

Ce symbole, encore pointé du doigt la semaine dernière par la Préfecture pour manquement à ses obligations de sécurité, allait être le lieu d’un enterrement tout symbolique de la Loi « Climat et résilience » dont les débats viennent de prendre fin à l’Assemblée Nationale.

Enterrement double car le cercueil porté par des représentants des organisations présentes marquait le glas des espérances portées par la convention citoyenne pour le climat (dont un des participants était présent) mais aussi la fin à venir de toutes les activités culturelles « non essentielles » de notre territoire si les mesures de restrictions ne permettent pas une reprise rapide de celles-ci.

L’ambiance était bon enfant mais revendicatrice : les banderoles étaient ressorties des placards du confinement, et malgré le cortège funèbre, les présents communiquaient ensemble avec l’ardeur de ceux qui ont été pendant longtemps privés de lien social, essentiel lui aussi.

Dans la bouche de tous était présente la loi présentée par le gouvernement, loi longtemps  attendue mais qui laisse les participants à ce rassemblement sur leur faim parce qu’elle n’est pas à la hauteur de la catastrophe annoncée ni même des attendus, pourtant bien restreints, de la COP 21.

Preuve en est l’intervention de M. Bompart membre de la convention citoyenne pour le climat qui a tenu à rappeler que sur les 149 propositions posées sur le bureau de notre Président seules 15 de celles-ci ont été intégrées à la nouvelle loi !

D’où la nécessité d’un autre projet porté par cette « marche d’après ».

Les nombreuses prises de parole ont permis à tous ceux qui le souhaitaient d’expliquer et d’argumenter ce que pourrait devenir ce projet global comme une vraie loi relevant de l’urgence climatique mais aussi sociale.

Pour aller plus loin, vous trouverez ici sur le site Internet « reporterre » les 149 propositions de la convention climat et ce qu’il en reste dans le projet gouvernemental tel qu’il a été présenté aux députés.