Un nouveau festival éco-citoyen en Corrèze

Les 30 et 31 mars, la première édition de cette prometteuse rencontre écocitoyenne, le BAMBOO FESTIVAL se déroulera à Argentat-sur-Dordogne.  Ce festival est né de la collaboration entre un collectif d’habitants, des associations, des artisans, des artistes et musiciens du secteur d’Argentat-sur-Dordogne.

Le Bamboo Festival souhaite mettre en avant les potentiels et les initiatives locales qui créent du lien à Argentat-sur-Dordogne et alentours. Car c’est un territoire riche en associations et collectifs qui proposent de nouvelles façons de se rencontrer, d’échanger, de faire société et aussi de consommer.

De passage à Argentat, nous y avions découvert notamment la cantine « Drôle de Zèbre » avec son principe de service au comptoir, à partager sur de petites ou grandes tablées, tout en circuit court avec des produits locaux ou bio. Sophie Gaudreaux, sa créatrice dynamique fait partie du groupe initiateur du festival tout comme « Le Silo », le café, librairie et épicerie vrac et tisseur de liens humains, l’association « Aentre-ô-possibles » qui gère la ressourcerie et « La Flibuste », un collectif qui organise des conférences gesticulées. M’zelle Nenuph (voir programme du Troc Plantes de notre association) y sera aussi présente  pour des balades botaniques.

Le Bamboo Festival se veut une rencontre printanière entre les collectifs, les associations, les acteurs du territoire et tous les gens…

Au programme: Théâtre, Concerts, Scène ouverte, Expos, Stands d’informations, Jeux, Ateliers participatifs, Marché d’artisanat local, Friperie, Massages, Projections, Conférences …

Et bien entendu, de quoi se restaurer et s’abreuver !

Tout le programme détaillé ICI

Le Printemps des poètes le 30 mars et le 6 avril

Le Lieu Commun prolonge le Printemps des Poètes et vous invite à partager 1h30 de poésies, musiques et chansons  avec  sa troupe “Ephémère” et  Sarah Lazerges, accompagnées de musiciens…  soit une vingtaine de personnes sur scène…  pour deux représentations sur le thème de “La Grâce” :

Samedi 30 Mars à 20h30 au Bistrot du Théâtre de l’Usine à Saint-Céré, participation libre,

et

Samedi 6 avril à 20h30 à la Salle des fêtes de Nonards (19), participation libre également.

 

Le Lieu Commun est une association loi 1901 créée à Saint-Céré dans le Lot.

Elle a pour objet les échanges multiculturels, la diffusion de savoirs alternatifs et l’organisation de manifestations.

L’association a aussi pour objet de fédérer et d’accueillir, autour de projets communs, d’autres associations aux objectifs proches.

Le local de l’association est aussi un lieu d’accueil convivial avec un café associatif.

La soirée astro-photo c’est ce vendredi 22 mars à partir de 19 heures

En partenariat avec l’Atelier photo numérique du Centre Culturel Jean-Jaurès de Brive, nous vous convions à une soirée d’observation des constellations du ciel de printemps ainsi qu’à une initiation à la photographie du ciel nocturne.

Apportez des jumelles et des appareils photos avec trépied selon vos possibilités. Accessible aux enfants à partir de 8 ans.

Lieu : Parking des peupliers au lac du Causse à Lissac-sur-Couze (45,0986°, 1,46323°).

Température annoncée : 14° entre 20h et 21h. Possibilité de pique-niquer.

L’an passé à Brive

La fête du court-métrage c’est très bientôt !

Ce sera jeudi 21 mars à la salle polyvalente de Gignac.
Nous aurons les programmations pour les enfants des écoles à 10h et à 14h.
Et les programmations adultes en fin d’après-midi et début de soirée.

Vous trouverez le détail des 2 programmations adultes ICI.

En attendant, et toujours dans le cadre de la Fête du court-métrage, vous pouvez visionner gratuitement sur Arte.tv 11 court-métrages réalisés par des réalisateurs aujourd’hui célèbres (François Ozon, Stéphane Brizé, Mathieu Amalric…). Pour cela, cliquez ICI !

Renseignements complémentaires au 06.74.20.89.73.

Une conférence proposée par la Ligue des droits de l’Homme à Martel

Nos amis de la Ligue des droits de l’Homme – section de Martel – invitent, le lundi 25 mars, Arié Alimi, avocat au barreau de Paris et auteur de plusieurs ouvrages, pour une conférence intitulée: « Violences policières, Violences d’État ».

Les dérives du pouvoir macronien dans le domaine du contrôle policier inquiètent la Ligue des droits de l’Homme (LDH) et sa section locale de Martel : interdiction quasi-systématique des manifestations (sauf celles de la FNSEA et alliés) justifiant des méthodes de répression redoutables comme « la technique des nasses » (jugée illégale par le Conseil d’État) et utilisant du matériel digne des forces armées, comme les sinistres Lanceurs de Balles de Défense (LBD, dites sublétales !) ou de multiples types de grenades.

Arié Alimi est avocat au barreau de Paris depuis 2001. Fondateur du cabinet Arié Alimi Avocats qui assiste des entreprises comme des particuliers dans des domaines d’intervention multiples, il s’est surtout fait connaître par ses interventions sur les affaires de violences policières : Rémi Fraisse, tué par une grenade offensive en 2014 sur le barrage de Sivens dans le Tarn, Geneviève Legay, gravement blessée en 2019 par une charge de police à Nice, Cédric Chouviat mort à Paris en 2020 à la suite d’une interpellation « à la George Floyd » (instruction encore en cours), pour ne pas mentionner sa défense des lycéens du lycée Bergson, de gilets jaunes, etc.

Ces éléments de sa vie professionnelle, et surtout ses analyses sur notre société, entre autres sur les violences ethno-raciales dans les quartiers populaires ou l’instrumentalisation de la police dans la répression des manifestations politiques ou écologiques, l’ont amené à la rédaction de deux ouvrages majeurs : Le Coup d’État d’urgence : surveillance, répression et libertés (2021) et L’État hors-la-loi : logiques des violences policières (2023).

Arié Alimi, de tradition juive, vient d’écrire un nouveau livre « Juif, Français, de gauche… dans le désordre » (qui devrait être disponible à l’heure de la conférence (en petite quantité, il ne sortira en librairie que le 4 avril). Arié sera donc vraisemblablement amené, surtout si une question lui est posée sur ces événements, à aborder le sujet actuellement brûlant du conflit israélo-palestinien. Arié Alimi est membre du bureau national de la LDH.

Une nuit entière de radio sur le thème « Paysannes et paysans »

Voici un événement qui se passe un peu loin de chez nous, à Saint-Junien (Haute-Vienne), mais qui peut intéresser certains d’entre-vous.

« Pour la troisième année consécutive nous vous invitons à une expérience radiophonique immersive de 12 heures.
Imaginez un studio radio éphémère installé dans votre salon avec canapés, fauteuils, matelas, lumière tamisée et laissez-vous emporter pour une nuit d’écoute collective autour des mondes paysans. Pour aborder les enjeux de l’agriculture aujourd’hui et les problématiques de celles et ceux qui nous nourrissent, nous proposerons des documentaires sonores, un débat, des fictions radio en direct, de la musique live…
Arrivez quand vous voulez, écoutez, faites une pause, somnolez, dormez, le train de la Nuit de radio est un omnibus qui prend tous les passagers !

Buvette et restauration sur place toute la nuit
Et petit déjeuner offert à celles et ceux qui iront jusqu’au bout »

ENTRÉE LIBRE.

Pour les infos pratiques : https://la-megisserie.fr/2023/09/10/une-nuit-de-radio/

 

Où est passé le grand débat ?

Vous vous en souvenez tous : lors de la crise des Gilets Jaunes, Emmanuel Macron lançait le « Grand Débat National » et demandait aux maires d’ouvrir, dans chaque mairie, un cahier de Doléances. Un exercice de démocratie directe qui n’avait pas été pratiqué depuis 1789 et qui fut fait notamment à Gignac, sous la mandature d’Eugène Labroue.

Tous ceux qui y ont participé s’en souviennent, ces débats furent riches dans le sens où un grand nombre de problématiques, locales, régionales ou nationales furent abordées. Car dès lors qu’on donne la parole aux gens de manière ouverte, les idées fusent, chacun a quelque chose à dire et est fier de pouvoir l’exprimer.

Toutes les interventions ont été retranscrites et synthétisées dans un document que vous pouvez retrouver ICI.

Parmi les choses à mettre en œuvre à l’échelon local, il avait notamment été indiqué : Un cahier « de propositions constructives » permanent pourrait être à la disposition des habitants et une réunion annuelle de débat pourrait être instituée.

A-t-on avancé depuis ou bien tout ça est-il tombé aux oubliettes de l’Histoire ? (car c’est tellement plus facile de ne rien faire).

Comme support à utile cette question, je vous invite à regarder l’excellent documenatire LES DOLEANCES d’Hélène Desplanques, d’une durée de 52 minutes et disponible gratuitement jusqu’au 5 mars sur la plateforme de France Télévision. Le lien de visionnage est ICI.

Synopsis du doc :

C’est un succès. 19 899 cahiers et plus de 200 000 contributions rédigées à la main sur les déserts médicaux, les transports, le logement, les petites retraites… Jamais publiés, jamais exploités, que sont devenus ces textes éminemment politiques ?
Pendant plus de deux ans, Hélène Desplanques a enquêté dans les archives départementales, à la recherche de ces textes et de leurs auteurs, afin de redonner une existence publique aux Doléances.
Avec Fabrice Dalongeville, maire d’Auger-Saint-Vincent dans l’Oise, elle est partie à la rencontre de ces anonymes et ces collectifs de citoyens qui se battent pour que ces textes soient enfin reconnus. De la Creuse jusqu’en Meuse, en Gironde et même jusqu’à l’Assemblée Nationale, ils ont sillonné le territoire avec un espoir tenace, faire publier les Doléances et rendre la parole à celles et ceux qui l’avaient prise en 2019 !

Extrait 1 :

 

Extrait 2 :

 

Devant son succès, la conférence I.A. va être reprogrammée

La salle d’études de la médiathèque de Brive affichait complet samedi dernier pour notre conférence sur l’intelligence artificielle.

Devant les bons retours que nous avons eu de la part du public et aussi du fait que plusieurs personnes intéressées n’ont pas pu se libérer, nous avons décidé de reprogrammer cette conférence à Gignac ; ce sera le vendredi 24 mai prochain. Notez la date et parlez-en à vos amis.