Compte-rendu de la soirée astro-photo

A cause de la météo très capricieuse de ce début d’année, nous n’avons pu prévenir que très tard de la date (une fenêtre de 3 jours maximum s’étant ouverte autour du 22 mars) de cette soirée prévue pour février !

Ainsi les nuits des étoiles d’hiver se sont transformées en nuit des étoiles de printemps.

Nous n’étions donc que 4 photographes de Brive équipés plus les accompagnants.

Cela étant, le cadre était magnifique, le ciel relativement dégagé et nous avons pu percevoir très nettement la planète Mercure, réputée difficile à observer.

Voici donc quelques photos prises ce soir là et vous pourrez constater dans la courte vidéo que les nuages étaient bien présents :

La soirée astro-photo c’est ce vendredi 22 mars à partir de 19 heures

En partenariat avec l’Atelier photo numérique du Centre Culturel Jean-Jaurès de Brive, nous vous convions à une soirée d’observation des constellations du ciel de printemps ainsi qu’à une initiation à la photographie du ciel nocturne.

Apportez des jumelles et des appareils photos avec trépied selon vos possibilités. Accessible aux enfants à partir de 8 ans.

Lieu : Parking des peupliers au lac du Causse à Lissac-sur-Couze (45,0986°, 1,46323°).

Température annoncée : 14° entre 20h et 21h. Possibilité de pique-niquer.

L’an passé à Brive

Les nuits des étoiles continuent !

Clos Troteligotte : une soirée la tête dans les étoiles !

Partez à la découverte des mystères du ciel, allongé dans l’herbe, au milieu des vignes en biodynamie… Le Clos Troteligotte à Villesèque invite le vendredi 25 août au soir Raphaël Mellac, passionné d’astronomie depuis 30 ans et gérant de la structure d’animations lotoise Anima’Ciel. Avec lui, vous découvrirez les secrets de la Lune, des planètes et du Soleil, des éléments célestes essentiels à la vie sur Terre et intimement liés aux saisons qui rythment l’agriculture et la viticulture en particulier. « Nous sommes tous des poussières d’étoiles », publiait déjà en 1984 l’astrophysicien Hubert Reeves.

En biodynamie depuis plus de six ans, Emmanuel Rybinski, vigneron du domaine, suit bien sûr les saisons dans sa pratique de la viticulture mais pas que. « Les rythmes lunaires sont très importants pour nous, précise-t-il. Nous n’intervenons plus pendant les nœuds lunaires par exemple, ou nous embouteillons les vins de soif, légers, plutôt en jour fruit. C’est le temps et l’expérience qui ont confirmé que ces pratiques étaient bénéfiques pour la qualité de nos vins. A la vigne, je regarde les réactions de la plante face au climat et à l’environnement qui l’entoure. »

Pour tout savoir de ce monde merveilleux du cosmos, rdv pour une soirée « Vignes Etoilées » le vendredi 25 août à partir de 18h avec tout d’abord une visite et dégustation, puis un repas fermier assuré en partie par Maxime Cornu et son agneau du Quercy, et enfin la soirée se poursuivra dans les vignes à partir de 21h30 avec Raphaël Mellac et sa guitare qui vous proposera aussi des contes (notamment pour enfants) pour une immersion musicale dans la mythologie des étoiles…

Programme de la soirée à partir de 18h :
– Visite et dégustation de nos vins en biodynamie (prix libre)
– Repas fermier – Agneau de Maxime Cornu
– A partir de 21h30 (10 euros ; gratuit pour les moins de 7 ans) : Découverte du ciel et des saisons au milieu des vignes du Clos Troteligotte + contes pour enfants

SUR RÉSERVATION (voir sur l’affiche)

Une bonne année à tous et ensemble !

Chers gignacoises et gignacois,

Au nom de tous les membres de l’association « Gignac Ensemble » je vous souhaite une heureuse année 2023.

Une année loin des épidémies en tout genre, qui semblent heureusement amorcer un recul au grand soulagement de nos soignants et de nos proches.

Une année de paix car des événements inquiétants, dans plusieurs pays de notre planète, tendent à faire resurgir les pires moments de notre histoire. L’Ukraine en est bien sûr l’épicentre mais ne doit pas cacher la montée des périls ailleurs, comme la récente tentative de prise de pouvoir par la force au Brésil. La meilleure réponse reste la fraternité des peuples comme nombre de gignacois et de lotois ont su le démontrer dans leurs diverses actions pour l’Ukraine.

Une année de projets, car sans perdre de vue ce qui se passe ailleurs, il ne faut pas oublier notre vie de tous les jours. Et là aussi il y a des choses à faire et à imaginer ensemble.

C’est ce que nous nous efforçons de faire depuis deux ans maintenant, en vous proposant divers événements dans des domaines innovants pour notre commune. Reste à donner vie à ce que nous revendiquons et voulons faire émerger : l’intelligence collective au service de projets définis en commun, à nous de nous y employer !

Dominique Bailly

Un exemple de sobriété énergétique : la marmite norvégienne

En cette période qui devrait être festive et où l’on nous dit que c’est la fin de l’abondance et que la mode est aux pulls roulés, les conseils pour réduire sa consommation énergétique se multiplient.

On nous vante désormais les bienfaits de la sobriété, concept mis en avant par tous les mouvements écologistes depuis plus d’un quart de siècle, mais qui était alors décrié par les mêmes qui nous la présentent aujourd’hui comme nouvellement sorti de leur chapeau.
La sobriété qu’est-ce que c’est ? C’est ni plus ni moins que le contraire du gaspillage.

Et dans le domaine de la vie quotidienne et de la préparation des repas, la marmite norvégienne refait son apparition ; je dis refait puisqu’elle est connue depuis des siècles.
Elle a été remise en avant au début des années 2000, notamment dans dans le cadre du scénario Négawatt, l’objectif étant de réduire de moitié la consommation énergétique familiale, et en corollaire les émissions de CO2.

Il s’agit d’un procédé très simple de fin de cuisson des aliments consistant à les placer dans un récipient lui-même contenu dans un réceptacle isolant. Après avoir été chauffés de façon traditionnelle (mais beaucoup moins longtemps que le temps de cuisson habituel), les aliments finissent d’y cuire de façon autonome, sans nouvelle dépense d’énergie.

Contrairement à ce que son nom indique, il ne s’agit pas forcément d’une marmite ; c’est un caisson ou un sac garni d’isolant thermique dans lequel on place le récipient de cuisson (casserole, autocuiseur, faitout…) contenant le plat dont la cuisson a été démarrée sur le feu : dans cette enceinte isolée, le plat va continuer à cuire sans aucune source d’énergie extérieure, en refroidissant lentement. Ainsi, les déperditions de chaleur sont réduites au minimum et au bout d’une heure ou deux, le repas est prêt et chaud.
Pour garder un maximum de chaleur, la marmite norvégienne agit selon les 3 principes suivants :
• réduction de la convection, en empêchant la circulation de l’air
• réduction de la conduction, grâce à l’isolation
• réduction du rayonnement, en utilisant un réfléchissant de type couverture de survie

Il existe sur le marché des fours « basse température », mais la marmite va plus loin car le plat est totalement confiné et la chaleur ne s’échappe que très progressivement.

Pour rester dans l’esprit antigaspi, le plus simple est de se fabriquer sa propre marmite (méthode DIY = Do It Yourself) et les tutoriels, et même des livres, abondent.

Quelques références qui m’ont servi à écrire cet article :

Une grande réussite pour notre bourse aux jouets de Noël

Le week-end des 26 et 27 novembre derniers, la salle polyvalente de notre village s’est trouvée transformée en grenier du Père Noël, non pas grâce au travail de ses lutins, mais par le labeur joyeux des bénévoles de Gignac Ensemble.

Dès le samedi matin nous étions présents pour accueillir les personnes – adultes et enfants – qui venaient apporter leurs jouets pour notre dépôt-vente avant les fêtes de Noël. Ces dépôts se sont accélérés tout au long de la journée et il y avait finalement la queue devant la table de Jean-Luc qui, pour chaque jouet amené, faisait la saisie informatique et donnait un code qui renvoyait ensuite à un listing permettant de payer les vendeurs le lundi soir. Caroline, Maurice, Odile, Jean-Marc, Roger, Véronique et Dominique, eux étiquetaient les jouets avec ces codes et les installaient par thématique sur les différentes tables de la salle.

Constat de ces dépôts du samedi : déjà une réussite car le nombre de vendeurs et de jouets présentés était presque doublé par rapport à notre première édition de l’an passé.

Le bouche à oreilles ainsi que la publicité faite par affiches et voies de presse avaient bien fonctionné, restait à voir le résultat des ventes du dimanche après-midi.

Dimanche matin, nous étions tous présents pour finir l’installation des nombreux jouets mais aussi de la décoration de la salle afin d’apporter la dernière touche festive à cette vente de jouets.

Et avant la vente, nous nous sommes offerts un déjeuner pris en commun, un moment important de notre vie associative !

Dimanche après-midi, nous devions ouvrir les portes de la salle pour la vente des jouets à 13 h 30 mais nous avons dû écourter notre repas car dès 13 h 15 les acheteurs faisaient le pied de grue devant les portes. De fait, ce fut assez rapidement l’hallali et la file des acheteurs s’est rapidement allongée devant la table et l’ordinateur de Jean-Luc secondé par trois de nos bénévoles. D’autres membres de l’association étaient présents dans la salle pour aider et guider  les acheteurs dans leurs choix et leur proposer de succulentes crêpes pour les faire patienter.

Un succès qui en appelle d’autres : d’abord par le nombre d’acheteurs qui s’étaient déplacés parmi lesquels nous avons eu la joie de voir de très nombreux gignacois mais aussi par le résultat de la vente : le double de l’année dernière !

Autre sujet de réussite : les retours des acheteurs nous remerciant de cette vente de jouets en très bon état et à des prix défiants toute concurrence. Et beaucoup d’entre eux, contents ou surpris de ce fonctionnement de dépôt-vente, nous ont promis de venir apporter des jouets pour la vente l’année prochaine.

Lundi soir, les vendeurs sont venus récupérer l’argent de la vente de leurs jouets et leurs invendus, peu nombreux car il nous est resté beaucoup de cartons vides à mettre dans les bacs de recyclage.

Avant de ranger la salle, c’était l’heure du bilan de ce beau week-end tout en nous donnant rendez-vous pour de nouvelles actions l’année prochaine.

Car il nous paraît important de rappeler à nos lecteurs que cette vente de jouets était la 6ème manifestation que nous organisions pendant cette année 2022. Nous pouvons être fiers de ces réussites qui proposent à chaque fois des animations innovantes dans notre commune tant dans leur thématique que dans leur organisation !